Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

Joking Relationships in Tanganyika

R. E. Moreau
Africa: Journal of the International African Institute
Vol. 14, No. 7 (Jul., 1944), pp. 386-400
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1157006
Page Count: 15
  • Read Online (Free)
  • Download ($1.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
Joking Relationships in Tanganyika
Preview not available

Abstract

Parentés à Plaisanteries en Tanganyika. "Outani" est le nom d'un système de parenté à plaisanteries entre différentes tribus et parfois aussi entre familles et clans dans tout le territoire de Tanganyika. Ces parentés sont héréditaires, sans tenir compte de sexe ni d'âge. A l'origine de ces parentés sont des inimitiés parmi les ancêtres des "Ouatani". Parmi les Ngoni -- la seule tribu qui admette de nos jours la création d'un nouveau "Outani" -- il est nécessaire d'avoir touché le cadavre au cours d'un ensevelissement pour participer. La plaisanterie consiste à se taquiner mutuellement, à se jouer des tours, à se faire des poissons d'Avril, à s'imposer des gages. Ces gages semblent avoir le but d'enlever à leur possesseur certains objets qui pourraient porter malheur. Les membres de "l'Outani" ont droit à une hospitalité très étendue; ils peuvent réquisitioner de certains objets et même demander une femme. Tous les "Ouatani" doivent prendre part aux funérailles où ils s'aquittent de fonctions spéciales, telles que l'arrêt de la cérémonie par un participant qui se couche dans la fosse destinée à recevoir le mort. On préfère à un membre de la famille un "Mtani" comme exécuteur testamentaire et pour raser les têtes des proches parents. Les "Ouatani" en outre se chargent de certaines fonctions sanitaires et quasi magiques; ils tuent les enfants porte-malheurs et les lépreux et administrent les biens des lépreux au nom de la famille; ils guérissent certaines maladies et ils ont le pouvoir et le droit d'invoquer les bons et les mauvais esprits.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
386
    386
  • Thumbnail: Page 
387
    387
  • Thumbnail: Page 
388
    388
  • Thumbnail: Page 
389
    389
  • Thumbnail: Page 
390
    390
  • Thumbnail: Page 
391
    391
  • Thumbnail: Page 
392
    392
  • Thumbnail: Page 
393
    393
  • Thumbnail: Page 
394
    394
  • Thumbnail: Page 
395
    395
  • Thumbnail: Page 
396
    396
  • Thumbnail: Page 
397
    397
  • Thumbnail: Page 
398
    398
  • Thumbnail: Page 
399
    399
  • Thumbnail: Page 
400
    400