Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

The Morphology of Mpondomise Descent Groups

W. D. Hammond-Tooke
Africa: Journal of the International African Institute
Vol. 38, No. 1 (Jan., 1968), pp. 26-46
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1157337
Page Count: 21
  • Read Online (Free)
  • Download ($1.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
The Morphology of Mpondomise Descent Groups
Preview not available

Abstract

Étude Morphologique de la Filiation Chez les Mpondomise. Bien que par filiation patrilinéaire les clans et lignages soient à l'origine de la structure sociale des Nguni du Cap, aucune étude détaillée les concernant n'a encore été effectuée. Comme les lignages constituent les groupes de base sur lesquels repose le culte des ancêtres, c'est-à-dire la 'congrégation' au sens Durkheimien du terme, une étude particulière de la formation et de la nature de ces groupes s'avère nécessaire pour la compréhension du système religieux. Des études de terrain sur les Mpondomise font état d'un chiffre de 40.000 individus répartis en deux chefferies, de part et d'autre des districts de Qumbu et Tsolo dans le Transkei. La famille patrilinéaire, polygame de préférence, fait partie du lignage, groupe agnatique qui peut témoigner, en fait, d'une filiation à partir d'un ancêtre commun. Les lignages naissent de tout un processus de segmentation de la famille nucléaire, composée ou étendue, chaque fils étant en puissance l'ancêtre apical d'un nouveau lignage. Un échantillon de 22 lignage smontre que pour 18% d'entre eux on remonte jusqu'à la 4e génération, pour 36% jusqu'à la 5e génération et pour 36% jusqu'à la 6e génération. Le lignage, bien que rarement localisé, est défini en tant que groupe structuré, particulièrement en ce qui concerne les rites et le système potentiel de succession familiale. Les membres du clan, par contre, sont incapables d'expliquer leur appartenance au lignage à l'intérieur de la structure clanique. Les clans, qui sont au moins au nombre de vingt, sont très largement dispersés, et ne forment pas un groupe constitué quant au rituel ni quant aux biens; ils ne sont pas non plus conçus en tant que groupe par la population elle-même. Il sont strictement exogames, mais dans les cas (rares) de scission à l'intérieur du clan, qui a lieu habituellement sur l'initiative et selon les prescriptions formelles du chef, des intermariages entre les groupes récemment séparés peuvent intervenir. La scission du lignage, d'autre part, n'entraîne jamais un relâchement des règles exogamiques et cela explique comment cette scission intervient, comme pour stabiliser le lignage normal jusqu'à la 5e génération si possible -- même si les Mpondomise affirment qu'une scission du lignage ne peut jamais advenir. Il faut distinguer deux sortes de scission: (1) "géométrique" (ou quasi mathématique), (2) "contingente," regroupement prématuré de segments, imputable à des facteurs 'idiosyncratiques' et résultant d'une perte de contact entre les groupes. L'auteur étudie la structure interne du lignage. Les segments s'imbriquent les uns dans les autres et l'on peut délimiter quatre ou cinq niveaux de segmentation possible, en fonction du degré du lignage. Cependant, en principe, le lignage représente une unité de groupe qui doit, si possible, vivre en communauté et co-opérer. Cette unité est mise en évidence par le truchement du chef de lignage dont les fonctions consistent à jouer le rôle de 'prêtre' pour le groupe et de 'président' dans les assemblées de lignage. Il est aussi tout à fait symbolique que, lors des sacrifices expiatoires, ce soient les ancêtres du "clan," et le lignage considéré comme mort dans son ensemble, qui sont invoqués lors du sacrifice, et jamais les ancêtres des segments intermédiaires (c'est-à-dire père, grand'père, arrière-grand'père etc.). Le lignage n'est plus alors qu'un groupe indifférencié vis-à-vis de ses objets de culte, et tous ses morts, qu'ils soient ou non pourvus de descendance, participent aux cérémonies du sacrifice. Cela explique la différence marquée que l'on peut observer entre les Mpondo et les autres groupes environnants, chez lesquels on évoque les ancêtres immédiats pour partager le sacrifice. En conclusion, l'auteur pose certains questions quant aux fonctions et à la structure des rapports de filiation dans un tel type de société.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
26
    26
  • Thumbnail: Page 
27
    27
  • Thumbnail: Page 
28
    28
  • Thumbnail: Page 
29
    29
  • Thumbnail: Page 
30
    30
  • Thumbnail: Page 
31
    31
  • Thumbnail: Page 
32
    32
  • Thumbnail: Page 
33
    33
  • Thumbnail: Page 
34
    34
  • Thumbnail: Page 
35
    35
  • Thumbnail: Page 
36
    36
  • Thumbnail: Page 
37
    37
  • Thumbnail: Page 
38
    38
  • Thumbnail: Page 
39
    39
  • Thumbnail: Page 
40
    40
  • Thumbnail: Page 
41
    41
  • Thumbnail: Page 
42
    42
  • Thumbnail: Page 
43
    43
  • Thumbnail: Page 
44
    44
  • Thumbnail: Page 
45
    45
  • Thumbnail: Page 
46
    46