Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

A Present Day Zulu Philosopher

W. Bodenstein and O. F. Raum
Africa: Journal of the International African Institute
Vol. 30, No. 2 (Apr., 1960), pp. 166-181
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1157711
Page Count: 18
  • Read Online (Free)
  • Download ($1.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
A Present Day Zulu Philosopher
Preview not available

Abstract

Un Philosophe Zoulou Actuel. Laduma Madela, membre d'une petite tribu zoulou, est né vers 1906. Il est forgeron et expert 'sorcier parafoudre' (lightning doctor). Laduma a beaucoup de personnalité et une connaissance profonde de sa propre culture. Cet article raconte une série de visites qui lui ont été faites par les auteurs à partir de février 1957, au cours desquelles il leur a exposé une théorie de l'histoire de la Création et a fait certaines prophéties remarquables. Laduma avait prévu l'arrivée de ses visiteurs et il les considérait comme des disciples auxquels il devrait transmettre sa sagesse. Il avait déjà rédigé 22 cahiers sur ce sujet, où il traitait du passé et de l'avenir de l'humanité, laquelle est menacée de catastrophe. L'espèce humaine, disait-il, a eu deux origines: Adamu, qui fut l'aïeul des blancs, et son voisin et contemporain, qui fut l'ancêtre du peuple noir. Ils furent les deux piliers sur lesquels reposent l'ordre et le destin de l'humanité; l'un de ces piliers est maintenant pourri et il est du devoir des ministres, des instituteurs, et des médecins de porter remède à cette situation. Les rois de jadis en sont responsables en grande partie, car ils ont détruit, par leur arbitraire et leur despotisme, le modèle (pattern) de l'humanité, tel qu'il avait été ordonné par le Créateur uMvelingqari, qui a tout créé, sauf le monde, lequel l'avait créé. Lorsque les visiteurs eurent lu le récit, ils furent emmenés dans la forêt pour voir 'l'Arbre Sacré de la Création', arbre dont la croissance est bizarre, car il présente deux troncs parfaits formant un arc, d'environ 20 pieds de hauteur et 30 pieds de largeur, considéré comme formant la représentation des cieux. D'autres particularités de l'arbre présentent divers aspects de la Création: il fait partie d'un bosquet, dont tous les végétaux ont une signification dans le récit. Laduma avait rêvé de l'arbre du temps de sa jeunesse, mais il ne l'a découvert qu'en 1951. Il lui rend visite lorsqu'il a eu un rêve et attend une vision au cours de laquelle il reçoit des messages concernant la Création et le Cours du Monde. Le bosquet est indiscutablement un lieu interdit, mais les personnes qui ne savent rien de l'arbre sacré y vont impunément. L'analyse du récit de la Création fait par Laduma fournit un répertoire pour la classification des groupements historiques, car ce récit fait allusion à cinq roseaux, qui représentent évidemment les cinq groupes de tribus du Natal et du Zoulouland, tels qu'ils pourraient être encore définis et acceptés aujourd'hui. Une structure politique basée sur le principe généalogique et la présence de cinq chefs principaux pour gouverner le Zoulouland constitue, en effet, l'idéal. Le récit parle également de trois créations, qui représentent peut-être trois stades distincts de culture, et souligne très fortement l'effet profondément perturbateur de la civilisation européenne sur les intentions primitives du Créateur. En fait, ce récit constitue une clé bien ajustée des évènements et revendications politiques de l'heure actuelle. Il montre le désordre provoqué par la présence d'un maître puissant et arbitraire qui prend possession du pouvoir dans un pays, et l'erreur commise par le gouvernement actuel en élevant de nouveau le Paramount Chief zoulou à la prééminence. Chaque tribu devrait être réintégrée dans son ancien territoire et les vieilles chefferies qui correspondent à la création primitive devraient renaître. C'est à cette seule condition que les églises chrétiennes peuvent venir et remplir leur tâche avec quelque chance de succès. La conception remarquable du récit de la Création devient surtout apparente lorsque l'on se rend compte qu'elle offre également un coup d'œil prophétique dans l'avenir, et Laduma a informé ses visiteurs que tout ne leur avait pas encore été révélé. Sa révélation future serait conforme aux Saintes Écritures et Jésus viendrait comme guérisseur et vengeur pour régner sur la Création. Le récit de Laduma réunit d'une manière grandiose la tradition de ses propres aïeux, les narrations tribales, ses propres expériences, ses visions, et les manifestations concrètes de son entourage. Une caractéristique frappante de cette pensée est la constante interférence des notions de temps, d'espace et de destin. Le récit peut être envisagé sur un certain plan comme une image de la lutte universelle entre les forces du Bien et du Mal.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
166
    166
  • Thumbnail: Page 
167
    167
  • Thumbnail: Page 
168
    168
  • Thumbnail: Page 
169
    169
  • Thumbnail: Page 
170
    170
  • Thumbnail: Page 
171
    171
  • Thumbnail: Page 
172
    172
  • Thumbnail: Page 
[unnumbered]
    [unnumbered]
  • Thumbnail: Page 
[unnumbered]
    [unnumbered]
  • Thumbnail: Page 
173
    173
  • Thumbnail: Page 
174
    174
  • Thumbnail: Page 
175
    175
  • Thumbnail: Page 
176
    176
  • Thumbnail: Page 
177
    177
  • Thumbnail: Page 
178
    178
  • Thumbnail: Page 
179
    179
  • Thumbnail: Page 
180
    180
  • Thumbnail: Page 
181
    181