If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

Indirect Rule: French and British Style

Michael Crowder
Africa: Journal of the International African Institute
Vol. 34, No. 3 (Jul., 1964), pp. 197-205
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1158021
Page Count: 9
  • Download PDF
  • Cite this Item

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
Indirect Rule: French and British Style
Preview not available

Abstract

Styles Français et Britanniques d'Administration Indirecte. Le Gouverneur Deschamps, dans sa conférence à la mémoire de Lord Lugard 'Et maintenant, Lord Lugard?' ne fait pas suffisamment ressortir les différences fondamentales entre les systèmes d'administration indigène français et britanniques. Ces deux pays durent utiliser, pour gouverner leurs territoires, l'autorité politique existante, mais la situation et le pouvoir du chef dans les deux systèmes, et ses rapports avec le représentant politique étaient totalement différents. Le système britannique était basé sur les rapports consultatifs entre le représentant politique et l'autorité indigène -- habituellement un chef -- tandis que le système français plaçait le chef dans un rôle entièrement secondaire, semblable à un simple agent du gouvernement colonial central. Les Britanniques utilisaient les méthodes traditionnelles dans le choix de leurs chefs, mais les Français choisissaient plus souvent ceux qui avaient été loyaux, ou avaient reçu une certaine éducation. En conséquence, les chefs étaient souvent mal vus dans certaines parties de l'Afrique Occidentale Française, tandis que leur prestige augmentait généralement dans les territoires britanniques. Les Britanniques s'inspiraient de l'idée de développement autonome pour leurs territoires africains, mais les Français de celle d'assimilation, qu'ils abandonnèrent plus tard en faveur d'une politique d'association. Le représentant politique français fut alors à même d'établir des rapports plus faciles avec l'Africain évolué que ne le fut le représentant britannique. Il est essentiel de comprendre la nature de ces différences entre les systèmes français et britanniques, non seulement afin d'être au courant de l'histoire coloniale en Afrique, mais aussi en vue d'apprécier les différences qui existent aujourd'hui entre les deux blocs linguistiques principaux de l'Afrique indépendante.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[197]
    [197]
  • Thumbnail: Page 
198
    198
  • Thumbnail: Page 
199
    199
  • Thumbnail: Page 
200
    200
  • Thumbnail: Page 
201
    201
  • Thumbnail: Page 
202
    202
  • Thumbnail: Page 
203
    203
  • Thumbnail: Page 
204
    204
  • Thumbnail: Page 
205
    205