Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

Re-Defining Pre-Colonial ewe Polities: The Case of Abutia

Michel Verdon
Africa: Journal of the International African Institute
Vol. 50, No. 3 (1980), pp. 280-292
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1159119
Page Count: 13
  • Read Online (Free)
  • Download ($1.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
Re-Defining Pre-Colonial ewe Polities: The Case of Abutia
Preview not available

Abstract

Une redéfinition des systèmes politiques pré-coloniaux Ewe: le cas Abutia. Les auteurs qui se sont intéressés à l'organisation politique Ewe n'ont pas réussià présenter un tableau cohérent des systèmes politiques de ces populations, en ce sens qu'ils ont, sans discrimination, qualifié les groupes politiques souverains Ewe de sous-tribus, tribus, chefferies, royaumes ou états. Tous s'accordent cependant pour assurer que cette entité politique souveraine pré-coloniale était composée d'un 'groupe de villages reconnaissant l'autorité d'un chef suprême'. L'auteur conteste ce postulat, tout au moins en ce qui concerne un groupe de l'intérieur du pays, les Ewe Abutia. Il soutient que ceux-ci sont représentatifs des groupes Ewe du nord, et que le postulat couramment accepté ne s'applique qu'aux groupes côtiers (Anlo) et riverains (Tonu). Pour étayer son propos, l'auteur démontre qu'a l'époque pré-coloniale, c'était les villages Abutia qui étaient des groupes politiques souverains. Cette démonstration s'appuie sur une nouvelle définition de la souveraineté, celle-ci étant 'le plus haut niveau de rassemblement de groupes pour les questions législatives, juridiques et administratives, en dehors des sphères d'activité militaires, commerciales et religieuses.' Si nous admettons que les villages étaient souverains, il découle de cette définition un certain nombre de corollaires, et ce que nous observons du recrutement, à l'époque pré-coloniale, des groupes législatifs, judiciaires et administratifs, ainsi que de l'origine de la citoyenneté, des relations des citoyens avec leurs 'chefs', des relations entre les différents chefs de village, coincide parfaitement avec les termes de cette nouvelle hypothèse. Par conséquent, il serait plus exact de définir les systèmes politiques des Ewe septentrionaux comme étant des alliances entre villages, des confédérations assez lâches, ou des 'ligues de villages'. Enfin, cette nouvelle formulation suggère une nouvelle manière d'opposer les systèmes politiques du nord à ceux du sud où la souveraineté semble avoir négligé l'échelon villageois.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[280]
    [280]
  • Thumbnail: Page 
281
    281
  • Thumbnail: Page 
282
    282
  • Thumbnail: Page 
283
    283
  • Thumbnail: Page 
284
    284
  • Thumbnail: Page 
285
    285
  • Thumbnail: Page 
286
    286
  • Thumbnail: Page 
287
    287
  • Thumbnail: Page 
288
    288
  • Thumbnail: Page 
289
    289
  • Thumbnail: Page 
290
    290
  • Thumbnail: Page 
291
    291
  • Thumbnail: Page 
292
    292