Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

The 'Community of Helpers of the Sunna': Islamic Reform among the Songhay of Gao (Mali)

R. W. Niezen
Africa: Journal of the International African Institute
Vol. 60, No. 3 (1990), pp. 399-424
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1160113
Page Count: 26
  • Read Online (Free)
  • Download ($1.00)
  • Cite this Item
If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
The 'Community of Helpers of the Sunna': Islamic Reform among the Songhay of Gao (Mali)
Preview not available

Abstract

La Communauté des Aides de la Sunna: la réforme musulmane chez les Songhay de Gao, Mali. Cet article s'intéresse à une communauté musulmane principalement composée de fermiers Songhay dont l'attitude par rapport aux questions religieuses et leur évolution est tellement rigoureuse et exclusiviste qu'elle occasionna des conflits avec les membres traditionalistes de la communauté et les réformateurs plus modérés. Ce groupe est disséminé entre les villages répartis le long de la rive Est de la courbe du Niger dont l'économie dépend essentiellement de l'agriculture, de la pêche et de l'élevage du bétail. Une migration temporaire vers la côte, occasionnée par la recherche d'un emploi urbain, constitue un autre élément important de l'économie et une autre source d'expérience réformiste. L'Islam, tel qu'il est practiqué par certains fermiers Songhay, se démarque des normes traditionnels en ce que les villageois sont plus soucieux des Ecritures que les citadins, alors qu'habituellement les habitants des campagnes sont plutôt réputés pour leur laxisme. Différentes et compétitives, les communautés musulmanes du nord-est du Mali sont décrites en mettant l'accent sur le rôle social des notables religieux (imam, etc.) et les origines historiques du village et les divisions familiales. Les différences qui séparent les campagnards des citadins sont expliquées par référence aux changements imposés à la société villageoise par le colonialisme et le nationalisme post-colonial, l'impact d'un système éducatif en langue française, la diversification économique et les marginalités politiques. L'organisation de l'Islam réformé, même si elle crée des tensions et des divisions au niveau du village, constitue une option viable dans un système familial affaibli et face à une bureaucratie étatique jugée répressive.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[399]
    [399]
  • Thumbnail: Page 
400
    400
  • Thumbnail: Page 
401
    401
  • Thumbnail: Page 
402
    402
  • Thumbnail: Page 
403
    403
  • Thumbnail: Page 
404
    404
  • Thumbnail: Page 
405
    405
  • Thumbnail: Page 
406
    406
  • Thumbnail: Page 
407
    407
  • Thumbnail: Page 
408
    408
  • Thumbnail: Page 
409
    409
  • Thumbnail: Page 
410
    410
  • Thumbnail: Page 
411
    411
  • Thumbnail: Page 
412
    412
  • Thumbnail: Page 
413
    413
  • Thumbnail: Page 
414
    414
  • Thumbnail: Page 
415
    415
  • Thumbnail: Page 
416
    416
  • Thumbnail: Page 
417
    417
  • Thumbnail: Page 
418
    418
  • Thumbnail: Page 
419
    419
  • Thumbnail: Page 
420
    420
  • Thumbnail: Page 
421
    421
  • Thumbnail: Page 
422
    422
  • Thumbnail: Page 
423
    423
  • Thumbnail: Page 
424
    424