Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

Price Index Numbers

R. G. D. Allen, G. M. W. Fürst, R. Roy, P. J. Loftus, V. Castellano, B. Barberi and S. H. Khamis
Revue de l'Institut International de Statistique / Review of the International Statistical Institute
Vol. 31, No. 3 (1963), pp. 281-306
DOI: 10.2307/1401443
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1401443
Page Count: 26
  • Read Online (Free)
  • Download ($12.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
Price Index Numbers
Preview not available

Abstract

1. Introduction. La théorie des indices de prix est fondée sur des concepts économiques et leur pratique est affaire de pondération, de collecte de prix et, par exemple, d'ajustements pour changements de qualité. La Revue qu'on va faire concerne quelques procédés, solidement établis sur une théorie éprouvée, de construction des indices de prix. 2. Concepts. Statistiquement, un indice de prix considéré comme la moyenne d'un échantillon peut, sans ambiguïté, être écrit comme une moyenne géométrique (mais non comme une moyenne arithmétique) soit de prix, soit de rapports de prix à partir d'une base arbitraire. Mais, économiquement, la référence à des agrégats se prête mieux à l'interprétation: l'indice est alors le rapport de deux agrégats économiques donnés. 3. Formules de Laspeyres et de Paasche. Dans une simple comparaison de deux situations, toute distinction entre ces formules est purement conventionnelle. La distinction devient fondamentale et significative quand il s'agit de procéder à une comparaison continue dans le temps, la formule de Laspeyres étant pondérée par les quantités de la période de base et celle de Paasche par les quantités de la période courante. Un indice de Laspeyres est déterminé dans sa pondération et indifférent à la période de base. Un indice de Paasche a une pondération variable mais une période de base déterminée. Un indice rétrospectif de Laspeyres est un indice prospectif de Paasche, et inversement. 4. Chaînes et écarts. La divergence d'une paire d'indices de Laspeyres et de Paasche dépend du coefficient de corrélation (et des deux coefficients de variation) des rapports des prix et des quantités. D'autre part, l'écart d'un indice-chaîne à l'indice direct correspondant ne peut être étudié qu'à l'aide de constatations empiriques encore trop peu nombreuses. L'indice chaîne peut tendre à dépasser l'indice direct dans certaines circonstances, par exemple sous l'effet des fluctuations saisonnières dans les indices mensuels; mais cela ne représente en rien le cas général. 5. Indices de prix des biens de consommation. On s'accorde généralement à considérer qu'un tel indice doit représenter les variations du prix d'une satisfaction constante, mais ce n'est pas réalisable pratiquement. Même si c'était réalisable, cela ne résoudrait pas le problème de l'unité de l'indice puisque différents indices (similaires à ceux de Laspeyres et de Paasche) se présentent selon le niveau de satisfaction pris comme référence. Le mieux est peut-être d'utiliser, comme on le fait depuis peu en Grande Bretagne, un indice-chaîne de Laspeyres à changement de base annuel. 6. Echantillonnage. La construction d'indices de prix des biens de consommation offre un vaste champ à l'expérimentation de l'échantillonnage probabiliste, par la définition des prix à enregistrer (aux deux niveaux des rubriques d'un budget et du contenu de chaque rubrique) et par le choix des ensembles à considérer (à deux niveaux encore: villes ou régions d'une part, points de vente au détail dans les villes ou régions choisies). Des plans de sondage à deux strates conviendront, avec une probabilité proportionnelle à la dépense unitaire dans un cas, à la taille dans l'autre cas. Les indices de prix de gros offrent un champ encore plus vaste à l'échantillonnage probabiliste, spécialement en considération des définitions de prix. 7. Les termes d'échanges. Les indices de prix sont précieux en comptabilité nationale, notamment pour l'examen des termes d'échanges internationaux. Il est suggéré que l'indice des prix d'importation constitue l'opérateur adéquat de déflation de la balance commerciale pour que l'expression de celle-ci en valeur "réelle" ne dépende que des termes d'échanges (et, bien entendu du volume des importations et des exportations). Le bénéfice du commerce extérieur apparaît alors comme dépendant uniquement des termes d'échanges et du volume des exportations.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
281
    281
  • Thumbnail: Page 
282
    282
  • Thumbnail: Page 
283
    283
  • Thumbnail: Page 
284
    284
  • Thumbnail: Page 
285
    285
  • Thumbnail: Page 
286
    286
  • Thumbnail: Page 
287
    287
  • Thumbnail: Page 
288
    288
  • Thumbnail: Page 
289
    289
  • Thumbnail: Page 
290
    290
  • Thumbnail: Page 
291
    291
  • Thumbnail: Page 
292
    292
  • Thumbnail: Page 
293
    293
  • Thumbnail: Page 
294
    294
  • Thumbnail: Page 
295
    295
  • Thumbnail: Page 
296
    296
  • Thumbnail: Page 
297
    297
  • Thumbnail: Page 
298
    298
  • Thumbnail: Page 
299
    299
  • Thumbnail: Page 
300
    300
  • Thumbnail: Page 
301
    301
  • Thumbnail: Page 
302
    302
  • Thumbnail: Page 
303
    303
  • Thumbnail: Page 
304
    304
  • Thumbnail: Page 
305
    305
  • Thumbnail: Page 
306
    306