Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

NO-Art: An American Psycho-Social Phenomenon

Emanuel K. Schwartz and Reta Shacknove Schwartz
Leonardo
Vol. 4, No. 3 (Summer, 1971), pp. 245-254
Published by: The MIT Press
DOI: 10.2307/1572298
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1572298
Page Count: 10
  • Read Online (Free)
  • Download ($19.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
NO-Art: An American Psycho-Social Phenomenon
Preview not available

Abstract

NO-art was a cohesive, identifiable movement that lasted five years, 1959-1964. It was a form of anti-art in which artists rebelled against the destructive elements in contemporary industrial society. Exploitation and pollution were their chief targets, whether in politics, human relations or in art. The NO-artists sought to shock the viewer by making larger than life its corrosive aspects. The intent was to uncover the decent elements in each person by direct confrontation with the deceits generally accepted. Social issues were examined and attacked. The authors examine the social and psychological originations of NO-art and place it in art historical perspective. The authors see NO-artists as arising in reaction to the McCarthy era in the United States of America. In their opinion several American myths were exposed by the McCarthy hysteria; namely, that America can tolerate individual differences and that its form of government is sufficiently balanced to check excesses in any branch. The authors offer as an additional understanding that the family and the upbringing of a child in it require conformism and rebellion. The excessive demand for submission results in emotional disorder and excessive anti-traditional (authority) strivings. The toilet-training period determines in good measure the coming struggle for social power and the moral values of the adult. Excessive emphasis upon control results in the later development of anal characteristics. NO-art had many anal aspects; often their overt expression took the form of feces and even an entire exhibition of mounds of sculpted excrement. But the repugnance of the observer, say the authors, must not permit him to deny the esthetic aspect of these art products. Connections are made between NO-art and later developments in art and other social institutions. /// Le NO-art était un mouvement cohérent et identifiable, qui dura 5 ans, de 1959 à 1964. C'était une forme d'anti-art par laquelle les artistes se révoltaient contre les éléments destructeurs de la société industrielle contemporaine. L'exploitation et la pollution étaient leur cibles essentielles, que ce soit dans le domaine politique, social ou artistique. Ces artistes cherchaient à choquer le spectateur en faisant ressortir les aspects corrosifs de la vie. Leur intention était de faire tomber le masque de décence de chacun par une confrontation directe avec les duperies communément acceptées. Ils s'attaquaient résolument aux problèmes sociaux. Les auteurs étudient les origines sociales et psychologiques du NO-art et le replacent dans son contexte artistique et historique. Selon eux, le NO-art est une réaction contre l'ère de McCarthy aux Etats-Unis. A leur avis, l'hystérie maccarthiste révéla un certain nombre de caractéristiques américaines, à savoir que l'Amérique peut tolérer les différences individuelles et que sa forme de gouvernement est suffisamment équilibrée pour contrôler les excès dans n'importe quel domaine. Les auteurs proposent une explication supplémentaire, selon laquelle le conformisme et la rébellion sont deux facteurs nécessaires de l'éducation d'un enfant au sein de la famille. Une exigence excessive de soumission amène des troubles émotionnels et entraîne des réactions de lutte contre la tradition et l'autorité. La période où l'enfant apprend à être propre détermine pour une grande part la future lutte pour le pouvoir social, et les valeurs morales de l'adulte. Trop d'insistance sur la nécessité de se contrôler a pour conséquence la survivance de caractères annaux au cours du développement ultérieur. Le NO-art avait de nombreux aspects annaux, qui se manifestaient souvent par la représentation de fèces, ceci pouvant aller jusqu'à une exposition entièrement consacrée à des montagnes d'excréments sculptés. Mais la répugnance du spectateur, selon les auteurs, ne doit pas l'empêcher de reconnaître l'aspect esthétique de ces œuvres d'art. Une étude est faite des rapports du NO-art avec certains développements artistiques ultérieurs, et avec d'autres institutions sociales.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
245
    245
  • Thumbnail: Page 
246
    246
  • Thumbnail: Page 
247
    247
  • Thumbnail: Page 
248
    248
  • Thumbnail: Page 
249
    249
  • Thumbnail: Page 
250
    250
  • Thumbnail: Page 
251
    251
  • Thumbnail: Page 
252
    252
  • Thumbnail: Page 
253
    253
  • Thumbnail: Page 
254
    254