Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

LA « PETITE MAISON ». UNE COLLABORATION ENTRE BELLES-LETTRES ET ARCHITECTURE AU XVIII e SIÈCLE

Aurélien Davrius
Revue d'Histoire littéraire de la France
109e Année, No. 4, Les maisons d'écrivain (OCTOBRE-DÉCEMBRE 2009), pp. 841-869
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/23013866
Page Count: 29
  • Read Online (Free)
  • Download ($14.00)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
LA « PETITE MAISON ». UNE COLLABORATION ENTRE BELLES-LETTRES ET ARCHITECTURE AU XVIII
          e
          SIÈCLE
Preview not available

Abstract

Jean-François de Bastide publie son conte La Petite Maison dans une première version en 1758, puis dans une seconde complétée par des notes en 1763. La trame du récit, une aventure galante, s'inscrit dans le courant libertin de la seconde moitié du XVIII e siècle. Mélite, noble, jeune, intelligente et vertueuse, repousse les avances du marquis de Trémicour, un riche jouisseur habitué à ce que nulle ne lui résiste. Malgré le siège en règle qu'il a entrepris, la belle ne cède pas, ce qui n'a pas manqué de piquer le marquis. Pour parvenir à ses fins, il a conçu de la prendre dans le piège de sa Petite maison, et l'imprudente a accepté le défi. Le raffinement inouï qu'elle y découvre va faire tomber toutes ses réserves envers le marquis. L'objet de cet article est de montrer l'influence et la participation de l'architecte, théoricien, et professeur Jacques-François Blondel, ami de Bastide, à l'élaboration du récit. Cette collaboration, la première du genre, s'inscrit dans l'effort de Blondel pour répandre ses vues d'architecte en s'alliant à des journalistes et même, dans le cas de Bastide, à un auteur de fiction.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[841]
    [841]
  • Thumbnail: Page 
842
    842
  • Thumbnail: Page 
843
    843
  • Thumbnail: Page 
844
    844
  • Thumbnail: Page 
845
    845
  • Thumbnail: Page 
846
    846
  • Thumbnail: Page 
847
    847
  • Thumbnail: Page 
848
    848
  • Thumbnail: Page 
849
    849
  • Thumbnail: Page 
850
    850
  • Thumbnail: Page 
851
    851
  • Thumbnail: Page 
852
    852
  • Thumbnail: Page 
853
    853
  • Thumbnail: Page 
854
    854
  • Thumbnail: Page 
855
    855
  • Thumbnail: Page 
856
    856
  • Thumbnail: Page 
857
    857
  • Thumbnail: Page 
858
    858
  • Thumbnail: Page 
859
    859
  • Thumbnail: Page 
860
    860
  • Thumbnail: Page 
861
    861
  • Thumbnail: Page 
862
    862
  • Thumbnail: Page 
863
    863
  • Thumbnail: Page 
864
    864
  • Thumbnail: Page 
865
    865
  • Thumbnail: Page 
866
    866
  • Thumbnail: Page 
867
    867
  • Thumbnail: Page 
868
    868
  • Thumbnail: Page 
869
    869