Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

Décisions rendues par le Conseil canadien des relations du travail: La notion d'«employé» sous le code canadien du travail

Daniel LAVERY
Relations Industrielles / Industrial Relations
Vol. 37, No. 4 (1982), pp. 944-959
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/23071914
Page Count: 16
  • Read Online (Free)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
Décisions rendues par le Conseil canadien des relations du travail: La notion d'«employé» sous le code canadien du travail
Preview not available

Abstract

Après avoir revu les principes s'appliquant en droit français, québécois et anglais, dans les provinces canadiennes de common law et américain, le Conseil a fait l'étude de la notion d'«employé» que l'on retrouve à l'article 107 du Code. Il conclut que toute personne visée par une demande d'accréditation, économiquement subordonnée à un employeur et qui n'est pas un entrepreneur, est un «employé» au sens du Code. Ayant constaté que les critères développés par le common law l'ont été en fonction d'objectifs étrangers à ceux promus par le Code canadien du travail, le Conseil conclut qu'ils ne pourront s'appliquer que dans la mesure où ils sont compatibles avec les objectifs dudit Code. Dans ce contexte, d'autres critères, dits de relations de travail trouveront application. Le Conseil a également énoncé sa politique quant aux délais de présentation prévus à l'article 124 (2) c) et d) du Code et la recevabilité de requêtes en accréditation visant une unité dont la délimitation diffère de celle pour laquelle une convention collective est en vigueur. En l'espèce, le Conseil a jugé recevables, quant aux dates où elles avaient été présentées, des requêtes en accréditation visant une unité englobant des employés couverts en partie par deux conventions collectives distinctes et s'étendant sur des périodes différentes. Il a, enfin, rappelé sa politique, lors des requêtes en révision sous l'article 119 du Code, de ne pas tenir compte du désir des employés qu'il ajoute à une unité existante lorsque les fonctions dont ils sont titulaires participent de la nature et de la portée de celles comprises dans l'unité où ils sont ajoutés.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
944
    944
  • Thumbnail: Page 
945
    945
  • Thumbnail: Page 
946
    946
  • Thumbnail: Page 
947
    947
  • Thumbnail: Page 
948
    948
  • Thumbnail: Page 
949
    949
  • Thumbnail: Page 
950
    950
  • Thumbnail: Page 
951
    951
  • Thumbnail: Page 
952
    952
  • Thumbnail: Page 
953
    953
  • Thumbnail: Page 
954
    954
  • Thumbnail: Page 
955
    955
  • Thumbnail: Page 
956
    956
  • Thumbnail: Page 
957
    957
  • Thumbnail: Page 
958
    958
  • Thumbnail: Page 
959
    959