Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

La demande de monnaie dans la zone euro revisitée: Un effet de richesse dans un environnement variable

Sylvie Lecarpentier-Moyal and Patricia Renou-Maissant
Revue économique
Vol. 63, No. 5, FINANCEMENT BANCAIRE, CROISSANCE ET DÉSÉQUILIBRES FINANCIERS INTERNATIONAUX. 27 e Journées d'Économie monétaire et bancaire du GdRE "Monnaie Banque et Finance", juin 2010 (Septembre 2012), pp. 975-992
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/23324361
Page Count: 18
  • Download ($22.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
La demande de monnaie dans la zone euro revisitée: Un effet de richesse dans un environnement variable
Preview not available

Abstract

L'article propose une analyse empirique de la demande de monnaie (M3) dans la zone euro sur la période 1981-2008. Pour expliquer la croissance rapide de l'agrégat M3 depuis 2001, des variables de richesse relatives aux prix des actifs financiers et immobiliers en termes réels sont introduites. Deux méthodes d'estimation sont utilisées : un modèle vectoriel à correction d'erreurs et un modèle à coefficients variables. La première approche montre qu'en incluant les variables de richesse dans le modèle, nous obtenons un modèle apparemment stable sur la période 1981-2007, mais l'extension de la période d'estimation affecte sa stabilité et remet en question sa pertinence. La seconde approche révèle l'instabilité des fonctions de demande de monnaie — les élasticités et semi-élasticités varient au cours du temps — et met en évidence une relation positive entre les prix des actifs immobiliers et la demande de monnaie (M3) en termes réels. La richesse immobilière joue par conséquent un rôle important pour capturer les comportements d'allocation de portefeuille dans les modèles de demande de monnaie durant la première décennie de ce siècle. The paper presents an empirical analysis of the demand for money in the euro area (M3) over the period 1981-2008. To explain the rapid growth of money since 2001, wealth variables are taken into account though real stock and house prices. Two different estimation techniques have been used: an econometric framework of a Vector Error Correction Model and a Time Varying Coefficient Model. The first approach shows that by including wealth variables in the model, we obtain an apparently stable model over the period 1981-2007, but the extending of data period affects its stability and calls into question its relevance. The second approach points out the instability of the money demand function— the coefficients of elasticity and semi-elasticity vary over time —and shows evidence of a positive relationship between real house prices and broad money demand (M3). Thus, housing wealth plays an important role in capturing the portfolio behaviour of holding money during the first decade of this century.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
975
    975
  • Thumbnail: Page 
976
    976
  • Thumbnail: Page 
977
    977
  • Thumbnail: Page 
978
    978
  • Thumbnail: Page 
979
    979
  • Thumbnail: Page 
980
    980
  • Thumbnail: Page 
981
    981
  • Thumbnail: Page 
982
    982
  • Thumbnail: Page 
983
    983
  • Thumbnail: Page 
984
    984
  • Thumbnail: Page 
985
    985
  • Thumbnail: Page 
986
    986
  • Thumbnail: Page 
987
    987
  • Thumbnail: Page 
988
    988
  • Thumbnail: Page 
989
    989
  • Thumbnail: Page 
990
    990
  • Thumbnail: Page 
991
    991
  • Thumbnail: Page 
992
    992