Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

Wahrnehmung als «Lektüre» Erkenntnis und Übernaturalisches bei Simone Weil

Rolf Kühn
Gregorianum
Vol. 73, No. 3 (1992), pp. 499-522
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/23578949
Page Count: 24
  • Read Online (Free)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
Wahrnehmung als «Lektüre» Erkenntnis und Übernaturalisches bei Simone Weil
Preview not available

Abstract

La perception implique une interprétation qui relève aussi bien des donnés gnoséologiques que pratiques. Pour tenir compte de cette correlation, S. Weil introduit la notion de lecture qui identifie ainsi l'être en son apparaître à un texte dont il convient de lire les significations «superposées». Sur le plan de l'intuition rationelle, il faut saisir la nécessité inhérente à nos impressions sensibles, ce qui suppose un «effort-travail». Si par cette dernière conception S. Weil dépasse déjà la problematique du connaître d'après Descartes et Kant par une synthèse entre la raison théorique et pratique, son but ultime reste toutefois une lecture métaphysique et religieuse: lire l'apparaître dans la perspective même de Dieu. Pour atteindre une telle «non-lecture», puisque la lecture ne reflète plus alors nos projections intéressées, il faut le secours de la grâce. Toute la philosophie de S. Weil se présente ainsi comme une phénoménologie qui découvre la réalité du surnaturel à la base même de nos actes les plus habituels, tels que le percevoir et l'agir. En plus de son intérêt pour la théologie, sa pensée marque surtout (encore largement inaperçu) un tournant dans la conscience moderne dans le projet même d'une raison auto-nome qui ne s'identifie plus à ses présupposés a-théistes mais à la révélation-parousie de la phénoménalité pure dans son origine absolue même.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[499]
    [499]
  • Thumbnail: Page 
500
    500
  • Thumbnail: Page 
501
    501
  • Thumbnail: Page 
502
    502
  • Thumbnail: Page 
503
    503
  • Thumbnail: Page 
504
    504
  • Thumbnail: Page 
505
    505
  • Thumbnail: Page 
506
    506
  • Thumbnail: Page 
507
    507
  • Thumbnail: Page 
508
    508
  • Thumbnail: Page 
509
    509
  • Thumbnail: Page 
510
    510
  • Thumbnail: Page 
511
    511
  • Thumbnail: Page 
512
    512
  • Thumbnail: Page 
513
    513
  • Thumbnail: Page 
514
    514
  • Thumbnail: Page 
515
    515
  • Thumbnail: Page 
516
    516
  • Thumbnail: Page 
517
    517
  • Thumbnail: Page 
518
    518
  • Thumbnail: Page 
519
    519
  • Thumbnail: Page 
520
    520
  • Thumbnail: Page 
521
    521
  • Thumbnail: Page 
522
    522