Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

Le climat de Bourgogne et d'ailleurs XIX e -XIX e siècle

Emmanuel LE ROY LADURIE, Valérie DAUX and Jürg LUTERBACHER
Histoire, Économie et Société
Vol. 25, No. 3, ÉCHEC ET MAGISTRATURE (Septembre 2006), pp. 421-436
Published by: Armand Colin
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/23613571
Page Count: 16
  • Read Online (Free)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
Le climat de Bourgogne et d'ailleurs XIX
          e
          -XIX
          e
          siècle
Preview not available

Abstract

À partir des dates de vendanges bourguignonnes, et d'autres données, plus vastes, les auteurs tentent une réflexion d'ensemble sur l'histoire du climat, régional et même nord-français, pour les sept derniers siècles. Leurs motivations respectives sont diverses, ex-scientistes, post-marxistes, dix-septièmistes ou relatives au « Petit âge glaciaire » (PAG). La date de vendange, précoce ou tardive, est liée au plus ou moins de chaleur, des six ou sept mois qui « courent » de mars à septembre d'une année donnée. Les sources sont bourguignonnes, voire extra-bourguignonnes. Au point de départ, on rencontre d'assez jolies périodes à tendance « chaleureuse » : les 1380's; puis de 1415 à 1435, incluant la famine « d'échaudage » de 1420. Rafraîchissement, ensuite, lors de la seconde moitié du « Quattrocento ». On « l'illustrera » par la famine de 1481, née de pluie et de froid. Depuis 1500 jusqu'à 1560, la variabilité laisse place à des bouffées de chaleur lors des 1500's, des 1520's, des 1530's, et des 1550's. Vient alors post-1560 la forte poussée du PAG. Le « songe d'une nuit d'été » (1596-1597) peut parfois virer au cauchemar... Et puis, un « long XVIIe siècle » froid? De 1570 à 1630, c'est assez net (Pfister) avec quand même un léger mieux vers 1600-1620. Notons quand même en plein XVIIe siècle, de superbes vagues d'étés chauds lors des 1630's, des 1660's, des 1680's. Le Minimum (des taches solaires) dit de Maunder, entre 1645 et 1715, a-t-il induit, synchrone, un léger refroidissement? Dans ce cas, il s'agirait surtout du Late Maunder Minimum (LMM) 1675-1715, avec les rudes fraîcheurs de 1675, des 1690's, et de 1709-1715. Et puis... l'un de nous (J-L) a beaucoup insisté sur un certain réchauffement du XVIIIe siècle. De fait les années 1704-1707, 1718-1719, les 1720's, les 1730's, les années 1757-1765 et surtout 1778-1781, la décennie 1780 vont dans ce sens. N'oublions pas quand même les millésimes frais-froids-humides du pot au noir (1725, 1740, 1770). Le PAG qui ne s'est jamais tout à fait interrompu, redevient vigoureux de 1812 à 1860, grâce à de grosses neiges hivernales. À quoi s'ajoutent les vraies fraîcheurs quand même de 1812-1817 (l'explosion indonésienne du Tambora (1815); et peut-être le minimum solaire de Dalton?). Évoquons la forte canicule de 1846, anticéréales. Pour conclure, fin (sans retour) du PAG à partir de 1860 et jusqu'à nos jours. Réchauffement du XXe siècle à partir de 1900, date large, avec accélération d'icelui (l'effet de serre?) depuis 1976 et les 1990's. This paper comments the climatic history of Burgundy, and more widely, of northern France, from the grape harvest dates of the Burgundy vineyard. The grape harvest date is constrained by the mean atmospheric temperature during the growing season (March to September). At the beginning of the grape harvest dates series, the tendency is towards warmth: during the 1380' and from 1415 to 1435, starvation due to crop scorching of 1420 included. During the second half of the « Quattrocento », cooling, exemplified by the 1481 starvation, due to rain and coldness. Blasts of hot air during the 1500', 1520', 1530' and 1550'. After 1560, the Little Ice Age upsurges. The « mid summer night's dream » (1596-1597) can turn into a nightmare...Then, a cold « long XVIIth century »? From 1570 to 1630, it is quite obvious, with, however, a slight improvement around 1600-1620. Let us also note, the big hot summer waves during the 1630', 1660' and 1680'. Is the Maunder minimum, between 1645 and 1715, responsible for a slight, synchronous, cooling? In this case, it would be mainly the Late Maunder Minimum (LMM) 1675-1715, with the chiliness of 1675, 1690', and of 1709-1715. Then the big warming of the XVIIIth century: the years 1704-1707, 1718-1719, 1720', 1730', 1757-1765, 1780' and above all 1778-1781, indeed favour this hypothesis. We must not forget the cold and wet years 1725, 1740 and 1770. The LIA becomes vigorous again from 1812 to 1860, thanks to big winter snowfall. The years 1812-1817 are not only snowy but also globally cold (Tambora eruption in 1815 and Dalton minimum?). Let us evoke the 1846 heat wave, so harmful to cereals. The LIA ends (without return) from 1860 until now, the XXth century is warming from 1900, with an intensification of the phenomenon from 1976 and the 1990'.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[421]
    [421]
  • Thumbnail: Page 
422
    422
  • Thumbnail: Page 
423
    423
  • Thumbnail: Page 
424
    424
  • Thumbnail: Page 
425
    425
  • Thumbnail: Page 
426
    426
  • Thumbnail: Page 
427
    427
  • Thumbnail: Page 
428
    428
  • Thumbnail: Page 
429
    429
  • Thumbnail: Page 
430
    430
  • Thumbnail: Page 
431
    431
  • Thumbnail: Page 
432
    432
  • Thumbnail: Page 
433
    433
  • Thumbnail: Page 
434
    434
  • Thumbnail: Page 
435
    435
  • Thumbnail: Page 
[436]
    [436]