Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

Urbanisation, migration et inégalités à Ciudad Juárez, Mexique

Marie France Labrecque
Anthropologica
Vol. 50, No. 2 (2008), pp. 229-240
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/25605417
Page Count: 12
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Urbanisation, migration et inégalités à Ciudad Juárez, Mexique
Preview not available

Abstract

La ville de Juárez se situe au confluent de plusieurs phénomènes propres à l'économie globalisée ou à la mondialisation, particulièrement avec la présence des entreprises transnationales, les maquiladoras. Elle se trouve également au confluent d'importants mouvements de migration interne et internationale. Enfin, depuis quelques décennies des meurtres de femmes suivant une logique particulière ont été commis dans cette ville faisant d'elle, selon certains observateurs, la capitale du " féminicide ". On a été bien prompt à attribuer la responsabilité de ces meurtres à la population migrante. Pourtant, lorsqu'on se place sur un plan structurel, et qu'on examine le tout dans une perspective tenant compte du contexte de l'économie globalisée, on se rend compte que la situation est beaucoup plus complexe. En fait, la migration fait partie de dynamiques plus larges qui s'appuient sur des inégalités historiquement constituées tout en les accentuant davantage. Lorsque ces inégalités se combinent avec le désengagement de l'État et l'irresponsabilité sociale des corporations transnationales, comme c'est le cas à Juárez, tous les ingrédients sont réunis pour donner au changement social une allure de cauchemar urbain. /// Ciudad Juárez is located at the confluence of several phenomena particular to the globalized economy due the presence of transnational corporations in maquiladoras. It is also at the confluence of significant internal and international migration flows. Lastly, for several decades, it has been the site of many patterned murders of women, making it, according to some observers, the capital of "feminicide." Responsibility for these murders was quickly assigned to the migrant population. However, at a structural level and in the context of the globalized economy, it is clear that the situation is much more complex. In fact, migration is part of a broader dynamic which is based on historically constituted inequalities which are in turn, accentuated by migration. When these inequalities combine with the disengagement of the state and the social irresponsibility of transnational corporations, as is the case with Juárez, all the ingredients are in place to make the pace of social change into an urban nightmare.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
229
    229
  • Thumbnail: Page 
230
    230
  • Thumbnail: Page 
231
    231
  • Thumbnail: Page 
232
    232
  • Thumbnail: Page 
233
    233
  • Thumbnail: Page 
234
    234
  • Thumbnail: Page 
235
    235
  • Thumbnail: Page 
236
    236
  • Thumbnail: Page 
237
    237
  • Thumbnail: Page 
238
    238
  • Thumbnail: Page 
239
    239
  • Thumbnail: Page 
240
    240