Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

La pénétration de la langue française dans les pays de l'Europe centrale et orientale et du sud-est européen

Alain Vuillemin
Nouvelles Études Francophones
Vol. 20, No. 1 (Printemps 2005), pp. 83-98
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/25701890
Page Count: 16
  • Read Online (Free)
  • Download ($14.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
La pénétration de la langue française dans les pays de l'Europe centrale et orientale et du sud-est européen
Preview not available

Abstract

L'histoire de la pénétration de la langue française depuis le haut Moyen Âge dans les pays de l'Europe centrale et orientale et du Sud-est européen reste à faire. Son usage a précédé la naissance officielle de la langue française au XVIe siècle, en 1539. Les premiers contacts remontent au IXe siècle quand le premier royaume bulgare et l'empire carolingien eurent une frontière commune sur le Danube sous le règne de Charlemagne. Du XIIe au XIVe siècles, les croisades d'une part, la politique d'alliances matrimoniales de la dynastie des Capétiens, des Capétiens-Anjou et des Anjou-Valois d'autre part, ont multiplié les liens avec la Hongrie, la Croatie, la Pologne, l'Albanie et la Grèce. Au XVe siècle, lors de la chute de Constantinople, la "lingua franca gallica" était devenue la langue des transactions et du commerce international dans ces parties de l'Europe. La révocation de l'Édit de Nantes en 1685 et l'émigration massive des huguenots favoriseront la diffusion de la langue française moderne partout en Europe au XVIIIe siècle. Son extension suivra au XIXe et au XXe siècles les reculs successifs de la frontière entre les pays européens et l'empire ottoman. Son apogée se situe au XXe siècle, entre les deux guerres mondiales. La guerre froide gèlera ses positions en lui conférant en beaucoup de milieux intellectuels, dans les pays de l'Est, un statut de langue d'élection et de résistance. Ce sont cette "pré-francophonie" historique et cette "francophonie" moderne, avec ses prolongements littéraires (en Albanie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Grèce, Hongrie, Moldavie, Roumanie, Serbie-Monténégro, Slovénie, Tchéquie, Slovaquie) qui font l'objet de cette étude.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[83]
    [83]
  • Thumbnail: Page 
84
    84
  • Thumbnail: Page 
85
    85
  • Thumbnail: Page 
86
    86
  • Thumbnail: Page 
87
    87
  • Thumbnail: Page 
88
    88
  • Thumbnail: Page 
89
    89
  • Thumbnail: Page 
90
    90
  • Thumbnail: Page 
91
    91
  • Thumbnail: Page 
92
    92
  • Thumbnail: Page 
93
    93
  • Thumbnail: Page 
94
    94
  • Thumbnail: Page 
95
    95
  • Thumbnail: Page 
96
    96
  • Thumbnail: Page 
97
    97
  • Thumbnail: Page 
98
    98