Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

Witchcraft

E. E. Evans-Pritchard
Africa: Journal of the International African Institute
Vol. 8, No. 4 (Oct., 1935), pp. 417-422
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/3180590
Page Count: 6
  • Read Online (Free)
  • Download ($34.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
Witchcraft
Preview not available

Abstract

La Sorcellerie Chez Les Azandé. Cet article se fonde sur des renseignements recueillis parmi les représentants du peuple Azandé habitant entre Nil et Ouellé; ils peuvent s'appliquer ou non à d'autres communautés. Deux types de sorcellerie sont à distinguer-la sorcellerie ('sorcery') qui est pratiquée avec l'intention arrêtée de tuer, et la sorcellerie ('witchcraft') qui n'existe que dans les idées du peuple. L'auteur parle ici du dernier type, et ce qui est important c'est que les Azandé, en tant que centre culturel et social, y croient fermement. Chaque mort est expliquée par la sorcellerie, et la découverte du coupable avec l'aide de la magie, d'oracles et de 'witch-doctors' est alors le devoir des parents du défunt. La cohésion de la parenté en ligne paternelle est largement due à la coopération qu'assurent ses membres comme groupe de vengeurs de sang et groupe d'assistance mutuelle. Les idées sur la sorcellerie comportent une philosophie naturelle et morale. La première admet l'idée de causalité: la sorcellerie se combine avec les forces naturelles pour faire le mal, mais c'est la seule cause qui puisse être découverte parce qu'elle est le fait d'une personne. La sorcellerie étant un instrument dans la main des individus plutôt qu'une force abstraite a aussi son importance dans le domaine moral. D'autre part la sorcellerie ayant à l'origine le mauvais vouloir, il suffit que l'on soit manifestement bien disposé à l'égard de ses voisins pour éviter les soupçons. De petits actes de sorcellerie ne sont pas considérés comme des infractions graves, tandis que le meurtre doit être vengé par une contre-action. Les Européens ont à se demander, non pas si la sorcellerie est un crime, mais si c'est un fait. L'auteur pense d'après son expérience personnelle que les preuves permettant l'inculpation sont en général d'ordre mystique. Mais la croyance en la sorcellerie est si étroitement unie avec la conduite qu'elle doit sans doute coexister avec toutes les institutions africaines en général.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[417]
    [417]
  • Thumbnail: Page 
418
    418
  • Thumbnail: Page 
419
    419
  • Thumbnail: Page 
420
    420
  • Thumbnail: Page 
421
    421
  • Thumbnail: Page 
422
    422