Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

A Model of Normative Discourse for Liberal-Democratic Man: Another Look at the Is/Ought Relation

Virginia McDonald
Canadian Journal of Political Science / Revue canadienne de science politique
Vol. 8, No. 3 (Sep., 1975), pp. 381-402
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/3231067
Page Count: 22
  • Read Online (Free)
  • Download ($10.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
A Model of Normative Discourse for Liberal-Democratic Man: Another Look at the Is/Ought Relation
Preview not available

Abstract

Le discours normatif de la démocratie libérale: un modèle. Selon l'auteur, les implications contextuelles de l'énonce << je dois faire X >> sont les suivantes: (1) j'approuve X ; (2) j'ai de bonnes raisons pour ce faire ; (3) placée en situation identique, toute personne ferait de même ; (4) en tant qu'agent libre, rationnel et moral, il m'appartient de décider de l'obligation morale qui m'incombe de faire X dans la présente situation. Ces implications conceptuelles révèlent une tension inhérente entre le postulat de l'autonomie de l'agent moral d'une part et celui de l'existence de règles, valeurs et critères que l'on suppose objectifs et publics. Tout discours normatif ne pouvant être compris que dans la mesure où le contexte historique éclaire les changements dans la signification et l'usage du vocabulaire normatif, l'auteur démontre comment la pensée libérale-démocratique s'est appuyée sur les concepts de droit naturel, d'utilité et de lieu commun en tant que nouveaux critères généralement acceptables du vocabulaire normatif. Ces trois concepts, que l'on peut considérer comme des sous-paradigmes du paradigme général de l'égalité, ont permis la résolution des tensions entre les postulats autonomistes et objectivistes, de même que celles entre les énoncés descriptifs et prescriptifs, par le développement de façons << normales >> d'appréhender l'action humaine dans son contexte normatif. Au fur et à mesure que cette triade conceptuelle a été captée par l'establishment conservateur, elle a perdu sa capacité innovatrice d'intégration égalitariste et a dû être remplacée par la nouvelle trilogie paradigmique plus réaliste qui comprend l'égalité des droits à la liberté, à la défense des intérêts individuels et à la promotion de l'autodéveloppement.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[381]
    [381]
  • Thumbnail: Page 
382
    382
  • Thumbnail: Page 
[383]
    [383]
  • Thumbnail: Page 
384
    384
  • Thumbnail: Page 
385
    385
  • Thumbnail: Page 
386
    386
  • Thumbnail: Page 
387
    387
  • Thumbnail: Page 
388
    388
  • Thumbnail: Page 
389
    389
  • Thumbnail: Page 
390
    390
  • Thumbnail: Page 
391
    391
  • Thumbnail: Page 
392
    392
  • Thumbnail: Page 
393
    393
  • Thumbnail: Page 
394
    394
  • Thumbnail: Page 
395
    395
  • Thumbnail: Page 
396
    396
  • Thumbnail: Page 
397
    397
  • Thumbnail: Page 
398
    398
  • Thumbnail: Page 
399
    399
  • Thumbnail: Page 
400
    400
  • Thumbnail: Page 
401
    401
  • Thumbnail: Page 
402
    402