Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

"The End of History": A Reappraisal of Marx's Views on Alienation and Human Emancipation

J. J. Clarke
Canadian Journal of Political Science / Revue canadienne de science politique
Vol. 4, No. 3 (Sep., 1971), pp. 367-380
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/3231359
Page Count: 14
  • Read Online (Free)
  • Download ($10.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
"The End of History": A Reappraisal of Marx's Views on Alienation and Human Emancipation
Preview not available

Abstract

Marx et la société de l'avenir. Bien des points demeurent obscurs relativement à la conception que Marx se fait de la société entièrement humanisée et dans laquelle l'aliénation serait abolie. Comment expliquer par exemple que Marx n'a pas élaboré de développement plus détaillé d'une idée aussi importante ? Comment en est-il arrivé à penser que pourrait disparaître toute exploitation de l'homme par l'homme ? Pourquoi parle-t-il de l'émancipation future en termes si ouvertement moraux, lui qui répudie l'invocation à cet ordre de phénomènes ? Ces questions s'éclairent si l'on considère que l'aliénation ne réside pas seulement dans le fait d'être soumis à l'oppression des forces économiques et sociales mais surtout dans le fait que les facteurs économiques et sociaux de la société aliénée n'obéissent pas entièrement au contrôle conscient de ses membres, tant travailleurs que capitalistes. Toutefois, les forces qui engendrent de telles conditions sociologiques sont le fait de l'homme et si (pour parler le langage d'Avineri), << l'homme se libère lui-même de son maître qui est lui-même >>, il a par conséquent le pouvoir de se mettre lui-même en esclavage. C'est ce qui expliquerait que Marx ne pouvait, sous peine de se contredire, prophétiser les modalités de la société émancipée de l'avenir sauf de préciser qu'il s'agis sait d'un type de société où les hommes pourraient évaluer et réaliser leur action avec la clarté et l'objectivité qui leur étaient naguère refusées, ce qui n'anticipe en rien sur le cours de l'action qu'ils décideront en fait de prendre ni sur leur habileté à la poursuivre.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[367]
    [367]
  • Thumbnail: Page 
368
    368
  • Thumbnail: Page 
[369]
    [369]
  • Thumbnail: Page 
370
    370
  • Thumbnail: Page 
371
    371
  • Thumbnail: Page 
372
    372
  • Thumbnail: Page 
373
    373
  • Thumbnail: Page 
374
    374
  • Thumbnail: Page 
375
    375
  • Thumbnail: Page 
376
    376
  • Thumbnail: Page 
377
    377
  • Thumbnail: Page 
378
    378
  • Thumbnail: Page 
379
    379
  • Thumbnail: Page 
380
    380