Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

Are Public Antenatal Clinics in Blantyre, Malawi, Ready to Offer Services for the Prevention of Vertical Transmission of HIV?

Humphreys E. Misiri, Eyob Tadesse and Adamson S. Muula
African Journal of Reproductive Health / La Revue Africaine de la Santé Reproductive
Vol. 8, No. 2 (Aug., 2004), pp. 64-70
DOI: 10.2307/3583179
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/3583179
Page Count: 7
  • Read Online (Free)
  • Download ($16.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
Are Public Antenatal Clinics in Blantyre, Malawi, Ready to Offer Services for the Prevention of Vertical Transmission of HIV?
Preview not available

Abstract

At least 10% of the adult population in Malawi is infected with HIV and vertical transmission is a major mode of transmission. Currently, there are plans to provide widespread antiretroviral therapy to prevent mother to child transmission of HIV. This study was conducted to describe the perceptions of midwives towards selected issues regarding prevention of mother to child transmission of HIV in eleven public health centres in Blantyre, Malawi. A cross-sectional study using a self-administered questionnaire incorporating both open-ended and closed-ended questions was used. Twenty seven midwives participated in the study. Less than half (40.7%), of them reported working at a baby friendly hospital initiative health facility, while 96.3% reported that they would advise an HIV infected woman to breastfeed her infant. HIV prevention messages were reportedly offered routinely by 77.8% of the respondents, but only 22.2% reported that their clinics offered condoms to pregnant women. Also, only 37.0% reported offering routine STI screening, while 37.0% of the midwives would support antenatal women being accompanied by their male partners. Majority (81.2%) said that women who know they are HIV infected should not become pregnant, while 37.0% reported that they would be uncomfortable to assist in the delivery of an HIV infected woman. There was lack of appropriate clinic space and sterile gloves for the proper delivery of maternity services. Midwives in Malawi need training, supervision and other support to provide adequate health care services to antenatal women. /// Dix pourcent de la population adulte au Malawi sont infectés par le VIH. La transmission verticale est un moyen important de transmission. A l'heure actuelle, il y a des tentatives pour assurer la thérapie anti-retrovirale bien répandue pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l'enfant. Cette étude a été menée pour décrire les perceptions des sages-femmes envers des problèmes sélectionnés concernant la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant dans onze centres de santé publique à Blantyre, Malawi. Nous avons effectué une étude transversale à l'aide d'un questionnaire auto-administré qui incorporait à la fois les questions sans limite et celles qui sont limitées. Vingt-sept sages-femmes ont participé à l'étude. Moins d'une moitié (40,7%) ont déclaré qu'elles travaillaient dans les hôpitaux adoptés aux besoins des enfants alors que 96,3% ont déclaré qu'elles conseilleront à une femme infectée par le VIH d'allaiter son enfant. Des messages pour la prévention du VIH, selon 77,8% des interviewées, ont été diffusés régulièrement, mais, seuls 22,2% ont déclaré que leurs cliniques donnaient des préservatifs aux femmes enceintes. De plus, il n'y avait seules que 37,0% ont déclaré qu'elles assuraient le dépistage de routine des MSTs, alors que 37,0% des sagesfemmes soutiendraient que les femmes prénatales soient accompagnées par leurs partenaires hommes. La majorité (81,2%) ont dit que les femmes qui savent qu'elles sont infectées par le VIH ne doivent pas devenir enceintes, alors que 37,0% ont déclaré qu'elles ne seriont pas à l'aise à assister à l'accouchement d'une femme infectée par le VIH. Il manquait d'espace approprié dans la clinique ainsi que de gants stériles pour la présentation des services de maternité. Les sages-femmes malawiennes ont besoin de formation de surveillance et tout autre appui afin qu'elles puissent rendre des services de soins de santé adéquate aux femmes prénatales.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[64]
    [64]
  • Thumbnail: Page 
65
    65
  • Thumbnail: Page 
66
    66
  • Thumbnail: Page 
67
    67
  • Thumbnail: Page 
68
    68
  • Thumbnail: Page 
69
    69
  • Thumbnail: Page 
70
    70