Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

HET WEZEN VAN HET SOCIALE

J. PLAT
Tijdschrift voor Philosophie
23ste Jaarg., Nr. 1 (MAART 1961), pp. 78-96
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40880650
Page Count: 19
Topics: Maars, Hems, Hens, Toes, Dasein, Lupus, Hoes, Nuts
  • Read Online (Free)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
HET WEZEN VAN HET SOCIALE
Preview not available

Abstract

Souvent nous rencontrons dans la philosophie contemporaine la thèse que l'être de l'homme est essentiellement un être-avec-autrui. Que signifie cette thèse ? Deux choses : 1) que l'être-avec-autrui est une structure fondamentale de l'être de l'homme et que cette structure co-détermine toutes les modalités de l'être de l'homme, surtout leur signification; 2) qu'il est impossible à un être humain d'atteindre à une manière humaine d'exister et de se comporter sinon dans la communauté des hommes. On montre que la conscience humaine de soi et de sa propre dignité personnelle ne peut être réalisée que dans la communauté humaine et qu'un homme ne peut devenir une personne déterminée que dans la communion avec d'autres hommes en tant que ceux-ci le tiennent pour une personne déterminée. On examine ensuite la question de savoir si l'essence des rapports entre consciences consiste dans le conflit, le droit, l'indifférence, la collaboration, l'amour, ou peut-être encore en autre chose. Le conflit, réglé par le droit qui instaure dans une certaine mesure la paix, est bien un élément essentiel de la structure de la communauté humaine, mais il n'en est pas l'essence totale (die Ganzheit des Strukturganzen, dans le sens de Heidegger). Il en est de même de la collaboration organisée qui est spiritualisée par l'amour, conçu comme une disposition d'êtres humains à se soucier les uns des autres, à l'entraide mutuelle, à s'engager les uns pour les autres lorsque les circonstances l'exigent, et tout cela sur la base d'une prise de conscience vivants de leur confraternité. Il en est de même aussi de l'amour, conçu comme une „communion personnelle” à deux. L'auteur en arrive à la conclusion que la communauté humaine ne peut être réduite à une seule forme ou structure fondamentale et qu'il y a donc plusieurs formes fondamentales de la communauté humaine, bien qu'elles aient entre elles des liens essentiels. Toutes les formes fondamentales de la communauté humaine ont d'ailleurs une caractéristique commune; toutes constituent un espace ou une sphère interpersonnelle à l'intérieur de laquelle la vie en commun peut réaliser une infinité de structures sociales. Le but fondamental de toutes ces structures semble être : la domination de la véritable liberté-en-nous sur l'être de nature-en-nous dans la communauté.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[78]
    [78]
  • Thumbnail: Page 
79
    79
  • Thumbnail: Page 
80
    80
  • Thumbnail: Page 
81
    81
  • Thumbnail: Page 
82
    82
  • Thumbnail: Page 
83
    83
  • Thumbnail: Page 
84
    84
  • Thumbnail: Page 
85
    85
  • Thumbnail: Page 
86
    86
  • Thumbnail: Page 
87
    87
  • Thumbnail: Page 
88
    88
  • Thumbnail: Page 
89
    89
  • Thumbnail: Page 
90
    90
  • Thumbnail: Page 
91
    91
  • Thumbnail: Page 
92
    92
  • Thumbnail: Page 
93
    93
  • Thumbnail: Page 
94
    94
  • Thumbnail: Page 
95
    95
  • Thumbnail: Page 
96
    96