Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

Les droits de l'embryon (fœtus) humain, et la notion de personne humaine potentielle

Anne Fagot-Largeault and Geneviève Delaisi de Parseval
Revue de Métaphysique et de Morale
92e Année, No. 3, Bio-éthique (Juillet-Septembre 1987), pp. 361-385
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40902895
Page Count: 25
  • Get Access
  • Read Online (Free)
  • Download ($14.00)
  • Cite this Item
If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
Les droits de l'embryon (fœtus) humain, et la notion de personne humaine potentielle
Preview not available

Abstract

Au cours des années 1970 (qui furent, dans plusieurs pays, celles de la libéralisation de Vavortement), la question du statut de Vembryon humain fut surtout débattue en termes de libertés individuelles : droit des femmes à disposer d'elles-mêmes, vs. ‘droit à la vie' du fœtus caché dans le corps de sa mère. Dans les années 1980, avec l'application des techniques de procréation ‘artificielle' au traitement de la stérilité humaine, l'accent est mis sur une responsabilité collective à l'égard de l'embryon séparé, conçu en éprouvette, mis au congélateur, convoité par la recherche lorsqu'il n'est pas rendu à un utérus maternel. « Il est urgent de déterminer le degré de sa protection juridique », dit l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (Recommandation 1046, 1986). Mais il n'existe pas de consensus sur les fondements philosophiques d'une telle protection. Le but du présent article n'est pas d'ajouter une thèse de plus à une littérature internationale déjà considérable, mais de situer les positions et arguments en présence, pour éclairer un débat qui touche, entre autres, aux sources du respect dû à la personne humaine. The European Parliament has recently expressed the view that human embryos and fetuses are endowed with human dignity, and that a definition of the degree to which they should be protected by law is urgently needed (Recommendation 1046, 1986). There is however no consensus on the philosophical grounds for such a protection, or on the degree to which embryos and fetuses should be treated as persons. This paper contrasts the biological (natural) and ethical (cultural) criteria of person hood and their underlying ontologies, examines the arguments in favor of taking a pragmatic line rather trying to decide when human beings become persons, and suggests that the pragmatic attitude in fact implies a developmental ontology.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
361
    361
  • Thumbnail: Page 
362
    362
  • Thumbnail: Page 
363
    363
  • Thumbnail: Page 
364
    364
  • Thumbnail: Page 
365
    365
  • Thumbnail: Page 
366
    366
  • Thumbnail: Page 
367
    367
  • Thumbnail: Page 
368
    368
  • Thumbnail: Page 
369
    369
  • Thumbnail: Page 
370
    370
  • Thumbnail: Page 
371
    371
  • Thumbnail: Page 
372
    372
  • Thumbnail: Page 
373
    373
  • Thumbnail: Page 
374
    374
  • Thumbnail: Page 
375
    375
  • Thumbnail: Page 
376
    376
  • Thumbnail: Page 
377
    377
  • Thumbnail: Page 
378
    378
  • Thumbnail: Page 
379
    379
  • Thumbnail: Page 
380
    380
  • Thumbnail: Page 
381
    381
  • Thumbnail: Page 
382
    382
  • Thumbnail: Page 
383
    383
  • Thumbnail: Page 
384
    384
  • Thumbnail: Page 
385
    385