Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

Identité et conscience de soi dans l'Essai de Locke

Étienne Balibar
Revue de Métaphysique et de Morale
100e Année, No. 4, RESSEMBLANCES ET IDENTITÉ DES ÊTRES (Octobre-Décembre 1995), pp. 455-477
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40903439
Page Count: 23
  • Read Online (Free)
  • Download ($14.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
Identité et conscience de soi dans l'Essai de Locke
Preview not available

Abstract

Le rapport entre « conscience » et « identité » forme l'un des deux versants de la conception lockienne du sujet (l'autre étant constitué par la « propriété de soi-même »). La théorie lockienne repose sur la distinction du « mental » et du « verbal », et l'isolement du premier comme élément de la vérité. Elle suppose une reformulation du principe d'identité sous la forme d'une double négation inhérente à l'esprit (Mind) : il est impossible que l'homme ne sache pas qu'il pense, ou pense sans penser. Enfin elle caractérise comme « intériorité » la différentielle de perception et de réflexion qui opère tout au long de l'expérience. Dès lors le temps intérieur peut être intellectuellement et moralement ressaisi dans l'unité de la « conscience de soi ». Consciousness and Personal Identity form together one half of Locke's theory of the Subject (the other half being « self-ownership »). First of all, « mental » and « verbal » propositions (viz. truths) must be clearly distinguished. The principle of identity has to be reformulated in logico-psychological terms, as a double negation: it is impossible for the Mind to think, without knowing that it thinks. Finally the difference of perception and reflexion, which operates throughout « experience », is called an « internal sense » or interiority. As a consequence, Locke was able to call « self-consciousness » the typical unity of morality and understanding which forms the internal « duration » of the Mind.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
455
    455
  • Thumbnail: Page 
456
    456
  • Thumbnail: Page 
457
    457
  • Thumbnail: Page 
458
    458
  • Thumbnail: Page 
459
    459
  • Thumbnail: Page 
460
    460
  • Thumbnail: Page 
461
    461
  • Thumbnail: Page 
462
    462
  • Thumbnail: Page 
463
    463
  • Thumbnail: Page 
464
    464
  • Thumbnail: Page 
465
    465
  • Thumbnail: Page 
466
    466
  • Thumbnail: Page 
467
    467
  • Thumbnail: Page 
468
    468
  • Thumbnail: Page 
469
    469
  • Thumbnail: Page 
470
    470
  • Thumbnail: Page 
471
    471
  • Thumbnail: Page 
472
    472
  • Thumbnail: Page 
473
    473
  • Thumbnail: Page 
474
    474
  • Thumbnail: Page 
475
    475
  • Thumbnail: Page 
476
    476
  • Thumbnail: Page 
477
    477