Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

Comment définir « intrinsèque »

David Lewis and Rae Langton
Revue de Métaphysique et de Morale
No. 4, Métaphysique et ontologie : perspectives contemporaines (OCTOBRE-DÉCEMBRE 2002), pp. 541-557
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40903906
Page Count: 17
  • Read Online (Free)
  • Download ($14.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
Comment définir « intrinsèque »
Preview not available

Abstract

Jaegwon Kim définissait une propriété intrinsèque comme une propriété compatible avec le fait que l'objet ne serait accompagné d'aucun autre être contingent. Mais cela impliquerait que la solitude serait une propriété intrinsèque, or c'est une propriété extrinsèque. Les auteurs définissent une propriété intrinsèque de base comme une propriété indépendante de la solitude et de l'accompagnement et qui n'est ni une propriété disjonctive ni une négation de propriété disjonctive. Deux doubles intrinsèques sont des objets qui ont toutes les mêmes propriétés intrinsèques de base. Une propriété intrinsèque peut dès lors être définie comme une propriété qui ne peut jamais différer entre deux doubles. Cette définition est ensuite appliquée à différents problèmes. Si les lois de la nature sont absolument nécessaires ou qu'un être nécessaire existe, de nombreuses connexions deviendraient alors des propriétés intrinsèques et il sera nécessaire de conserver un sens à la possibilité que ces connexions nécessaires auraient pu ne pas exister. Les propriétés dispositionnelles seront intrinsèques ou non, selon la conception des lois de la nature. Il est possible de suivre les conséquences de la définition, en amendant éventuellement d'autres concepts. La définition peut aussi s'appliquer aux relations. Les auteurs comparent aussi leur définition à d'autres définitions antérieurement données par David Lewis et Peter Vallentyne. Jaegwon Kim had defined an intrinsic property as a property that does not imply that the object is accompanied by another contingent being. But this would imply that loneliness would be an intrinsic property, whereas it is an extrinsic property. The authors define a basic intrinsic property as a property independent from accompaniment or loneliness and which is neither a disjunctive property nor a negation of a disjunctive property. Two intrinsic duplicates are objects which have all the same basic intrinsic properties. An intrinsic property can be defined as a property which can never differ between duplicates. This definition is then applied to different problems. If laws of nature are necessary or if a necessary being exists, many connections will turn out to be intrinsic properties and it will be necessary to keep a sense of possibility according to which those necessary connections could have not obtained. Dispositions will be intrinsic or extrinsic depending on the conception of the laws of nature. It is possible to follow this definition of intrinsicness if one amends other concepts. The definition can also be applied to relations. The article ends by comparing this definition with previous ones by David Lewis and Peter Vallentyne.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[541]
    [541]
  • Thumbnail: Page 
542
    542
  • Thumbnail: Page 
543
    543
  • Thumbnail: Page 
544
    544
  • Thumbnail: Page 
545
    545
  • Thumbnail: Page 
546
    546
  • Thumbnail: Page 
547
    547
  • Thumbnail: Page 
548
    548
  • Thumbnail: Page 
549
    549
  • Thumbnail: Page 
550
    550
  • Thumbnail: Page 
551
    551
  • Thumbnail: Page 
552
    552
  • Thumbnail: Page 
553
    553
  • Thumbnail: Page 
554
    554
  • Thumbnail: Page 
555
    555
  • Thumbnail: Page 
556
    556
  • Thumbnail: Page 
557
    557