Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

Routes et modalités du commerce des esclaves dans la Méditerranée des Temps modernes (XVI e , XVII e et XVIII e siècles)

Michel Fontenay
Revue Historique
T. 308, Fasc. 4 (640), VIOLENCES ET DOMINATION (Octobre 2006), pp. 813-830
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40957834
Page Count: 18
  • Read Online (Free)
  • Download ($14.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
Routes et modalités du commerce des esclaves dans la Méditerranée des Temps modernes (XVI
          e
          , XVII
          e
          et XVIII
          e
          siècles)
Preview not available

Abstract

L'esclavage dont il est question dans cet article est une forme spécifique de servitude propre à l'espace méditerranéen des Temps modernes et qui n'a que peu à voir avec l'esclavage antique ou la traite atlantique. Trois courants principaux concourent à l'alimenter. Le premier concerne les Noirs, hommes ou femmes, achetés ou capturés au cœur de l'Afrique sahélienne et conduits par caravanes jusqu'aux ports du littoral méditerranéen d'où ils sont expédiés par mer vers le Moyen-Orient, gros demandeur de force de travail domestique. Un deuxième groupe est constitué des prisonniers de guerre capturés à l'occasion de l'expansion ottomane sur le limes continental de l'Empire, auxquels s'ajoutent les esclaves razziés en territoire slave par les Tatars de Crimée : tous contribuent à nourrir en force de travail servile (brute ou spécialisée) les bagnes et les chiourmes ottomanes. Comme le précédent, ce trafic concerne essentiellement la Méditerranée orientale. En revanche, les captifs du corso (chrétien ou musulman) en Méditerranée occidentale, relèvent d'une économie de la rançon où l'esclave devient moins une force de travail (sauf pour les galères) qu'un moyen de faire de l'argent.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[813]
    [813]
  • Thumbnail: Page 
814
    814
  • Thumbnail: Page 
815
    815
  • Thumbnail: Page 
816
    816
  • Thumbnail: Page 
817
    817
  • Thumbnail: Page 
818
    818
  • Thumbnail: Page 
819
    819
  • Thumbnail: Page 
820
    820
  • Thumbnail: Page 
821
    821
  • Thumbnail: Page 
822
    822
  • Thumbnail: Page 
823
    823
  • Thumbnail: Page 
824
    824
  • Thumbnail: Page 
825
    825
  • Thumbnail: Page 
826
    826
  • Thumbnail: Page 
827
    827
  • Thumbnail: Page 
828
    828
  • Thumbnail: Page 
829
    829
  • Thumbnail: Page 
830
    830