Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

ENTHYMÈME ET TEXTUALISATION

Denis Bertrand
Langages
No. 137, Sémiotique du discours et tensions rhétoriques (MARS 2000), pp. 29-45
Published by: Armand Colin
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/41683340
Page Count: 17
  • Read Online (Free)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
ENTHYMÈME ET TEXTUALISATION
Preview not available

Abstract

L'interrogation centrale de l'article concerne la jonction entre le concept rhétorique d'enthymème et le concept sémiotique de textualisation : celle-ci peut-elle être rapprochée de l'enthymème, et même considérée comme une redéfinition de ce phénomène discursif central dans la rhétorique aristotélicienne ? En quoi les propositions actuelles de la « rhétorique tensive » permettent-elles de suggérer une réponse ? Le statut de l'enthymème dans l'histoire de la rhétorique, entre l'approche argumentative du concept chez Aristote et celle de la logique de Port Royal, conduit à articuler le paramètre logique (la catégorisation implicite projetée) et le paramètre pragmatique qui livre l'implicite à l'énonciataire et sollicite sa participation interprétative. Le rapprochement peut alors s'établir avec les conditions de la textualisation sémiotique : sa définition, l'espace d'énonciation qu'elle libère, et ses limites comme opération discursive d'agencement et de prise en charge des données elliptiques et prévisibles du discours. On sera alors amené à envisager l'apport de la rhétorique tensive à l'approche sémiotique de la textualisation, en mettant l'accent notamment sur les modes de co-présence des significations et sur l'assomption du sens par le sujet interprétatif. Cette analyse invite à isoler la composante thymique qui se trouve au coeur de l'enthymème (l'en-thymie), et à envisager le passage de l'enthymème restreint (structure cognitive d'argumentation) à l'enthymème étendu (intégrant de droit la composante thymique de l'assomption et la dimension passionnelle du discours). Son déploiement du côté des discours figuratifs permettra enfin de poser la notion « d'enthymème figuratif », dont la problématique sera développée et exploitée à travers la théorie de la lecture de Proust, comprise comme un acte de textualisation et reposant sur une série de catégories mises en corrélation à partir du matériau-image : corrélation entre le perceptif et le discursif, entre le croire cognitif et l'incorporation du sensible dans l'émotion, entre la création textuelle et la lecture. Our purpose is to compare the theoretical status of the rhetorical concept of enthumema with the semiotical one of textualization. Can the latter be considered as a redefinition of the central discursive phenomenon in Aristotelian rhetoric? The historical approach of enthumema in rhetorical field leads us to articulate the logical parameter (the implied categorization) with the pragmatical one (calling for interpretative participation). On the other hand, textualization in semiotics is defined as the way discourse is conducted, considering its restricting linearity rules, when it leaves contents in the dark as far as other contents are brought in light, and thus offers the speaker strategic opportunities and the reader interpretation space. The new semiotic approach of tensive interrelations between different meaning levels allows us to establish a link between enthumema and textualization, focusing, in particular, the "thymic" root of the rhetorical concept. This extended viewpoint is developed and illustrated with a M. Proust's text about novel reading theory. L'interrogation centrale de l'article concerne la jonction entre le concept rhétorique d'enthymème et le concept sémiotique de textualisation : celle-ci peut-elle être rapprochée de l'enthymème, et même considérée comme une redéfinition de ce phénomène discursif central dans la rhétorique aristotélicienne ? En quoi les propositions actuelles de la « rhétorique tensive » permettent-elles de suggérer une réponse ? Le statut de l'enthymème dans l'histoire de la rhétorique, entre l'approche argumentative du concept chez Aristote et celle de la logique de Port Royal, conduit à articuler le paramètre logique (la catégorisation implicite projetée) et le paramètre pragmatique qui livre l'implicite à l'énonciataire et sollicite sa participation interprétative. Le rapprochement peut alors s'établir avec les conditions de la textualisation sémiotique : sa définition, l'espace d'énonciation qu'elle libère, et ses limites comme opération discursive d'agencement et de prise en charge des données elliptiques et prévisibles du discours. On sera alors amené à envisager l'apport de la rhétorique tensive à l'approche sémiotique de la textualisation, en mettant l'accent notamment sur les modes de co-présence des significations et sur l'assomption du sens par le sujet interprétatif. Cette analyse invite à isoler la composante thymique qui se trouve au coeur de l'enthymème (l'en-thymie), et à envisager le passage de l'enthymème restreint (structure cognitive d'argumentation) à l'enthymème étendu (intégrant de droit la composante thymique de l'assomption et la dimension passionnelle du discours). Son déploiement du côté des discours figuratifs permettra enfin de poser la notion « d'enthymème figuratif » , dont la problématique sera développée et exploitée à travers la théorie de la lecture de Proust, comprise comme un acte de textualisation et reposant sur une série de catégories mises en corrélation à partir du matériau-image : corrélation entre le perceptif et le discursif, entre le croire cognitif et l'incorporation du sensible dans l'émotion, entre la création textuelle et la lecture.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
29
    29
  • Thumbnail: Page 
30
    30
  • Thumbnail: Page 
31
    31
  • Thumbnail: Page 
32
    32
  • Thumbnail: Page 
33
    33
  • Thumbnail: Page 
34
    34
  • Thumbnail: Page 
35
    35
  • Thumbnail: Page 
36
    36
  • Thumbnail: Page 
37
    37
  • Thumbnail: Page 
38
    38
  • Thumbnail: Page 
39
    39
  • Thumbnail: Page 
40
    40
  • Thumbnail: Page 
41
    41
  • Thumbnail: Page 
42
    42
  • Thumbnail: Page 
43
    43
  • Thumbnail: Page 
44
    44
  • Thumbnail: Page 
45
    45