Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

The Influence of Family Income on Food Consumption Patterns and Nutrient Intake in Canada

A.W. MYRES and DANIÈLE KROETSCH
Canadian Journal of Public Health / Revue Canadienne de Santé Publique
Vol. 69, No. 3 (MAY/JUNE 1978), pp. 208-221
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/41986406
Page Count: 14
  • Read Online (Free)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
The Influence of Family Income on Food Consumption Patterns and Nutrient Intake in Canada
Preview not available

Abstract

The nutrient intake and food consumption patterns of approximately 12,000 individuals in all age and sex categories were examined in terms of an income index. The income index was defined by total family income and family size. The population was divided into 3 groups (A, B, and C) of which groups A and B were considered to have low income. The only nutrients which showed a consistent trend in relation to the income index were vitamin C and folate. Mean intake of these nutrients increased with increase in income in all physiological groups. The mean nutrient intakes of preschool and young children in all income categories were adequate. For adolescent girls, mean intakes of thiamin and calcium were below recommended levels only in the lowest income groups whereas mean iron intakes were below the recommended level in all income groups. For both pregnant and young women, mean intakes of thiamin and iron were below recommended intakes in all three income groups. Mean calcium intakes of pregnant women were below recommended levels in all income groups but in non-pregnant women only in the lower income groups were intakes below the standard. For pregnant women, vitamin A intake was below the recommended level only in the lowest income group. For middle-aged women and the elderly, the calcium intake was below recommended levels in all income groups; only in the lower income groups were intakes of vitamin A below the standard. Generally, when nutrient intakes for a particular physiological group fell below the standard in all income groups, the intakes in Groups A and B were lower than in Group C. The highest mean intakes of nutrients and energy for young men were observed in the lowest income category although there was a lower prevalence of obesity in this group than in Group C. For women of the same age there were only small differences in mean caloric intake among the income groups, yet the prevalence of obesity was greatest in the lowest income group. All groups appeared to be consuming a variety of foods but certain patterns were associated with income index. For example, there was a trend for mean fruit consumption to be consistently higher in Group C, whereas the mean potato consumption tended to be higher in Group A. The difference was reflected in the relative contribution of these food groups to total vitamin C intake. For young children and young adults the mean intake of the cereal group was higher in Group A than in Group C. In some age-sex groups there was an economic gradient in the average consumption of the meat, fish, poultry, and egg group of foods. Deviations from the recommendations of Canada's Food Guide particularly for fruit and vegetables were observed for some income groups. On a examiné l'absorption d'éléments nutritifs et la consommation d'aliments d'environ 12,000 individus de tous âges et des deux sexes par rapport à un indice des revenus. L'indice de revenus a été défini en fonction du revenu familial total et de la dimension de la famille. La population a été divisée en trois groupes (A, B, et C), les groupes A et B étant jugés à faibles revenues. Les seuls éléments nutritifs qui accusaient une corrléation constante avec l'indice de revenu étaient la vitamine C et l'acide folique. L'absorption moyenne de ces éléments nutritifs s'accroissait avec l'augmentation de revenus pour tous les groupes physiologiques. Les absorptions nutritives moyennes des enfants d'âge pré-scolaire et des premières années d'école pour toutes les catégories de revenus étaient suffisantes. Pour les adolescentes l'absorption moyenne de thiamine et de calcium était inférieure aux revenus les plus faibles tandis que l'absorption moyenne de fer était inférieure au niveau recommandé pour tous les groupes de revenu. Tant chez les femmes enceintes que chez les jeunes femmes, l'absorption moyenne de thiamine et de fer était inférieure aux quantités recommandées pour les trois groupes de revenus. L'absorption moyenne de calcium par les femmes enceintes était inférieure aux niveaux recommandés mais chez les femmes qui ne sont pas enceintes, l'absorption était inférieure uniquement chez les groupes à faible revenu. Chez les femmes enceintes, l'absorption de vitamine A était inférieure aux niveaux recommandés seulement pour le groupe dont le revenu est le plus faible. Chez les femmes d'âge moyen et les gens plus âgés, l'absorption de calcium était inférieure aux niveaux recommandés pour tous les groupes de revenu; seuls les groupes à revenus faibles témoignaient d'une absorption insuffisante de vitamine A pour ces groupes d'âge. Généralement, quand les absorption d'éléments nutritifs pour un groupe physiologique particulier tombaient en dessous de la norme pour tous les groupes de revenus, les niveaux d'absorption étaient inférieurs pour les groupes A et B par rapport au groupe C. L'absorption moyenne la plus élevée d'éléments nutritifs et d'énergie pour des jeunes hommes a été observée dans la catégorie de revenus inférieurs bien que ce groupe ait connu moins de cas d'obésité d'une façon générale que le groupe C. Chez les femmes du même âge, il n'y avait que de petites différences quant à l'absorption calorique moyenne entre les différents groupes de revenus, pourtant, les cas d'obésité étaient plus nombreux chez les groupes à faibles revenus. Tous les groupes semblaient consommer une variété d'aliments mais certains types de consommation étaient liés aux niveaux de revenus. Par exemple, la consommation moyenne de fruits était régulièrement plus élevée chez le groupe C tandis que la consommation de pommes de terre était plus élevée chez le groupe A. La différence se reflétait dans la contribution relative de ces groupes d'aliments à l'absorption totale de vitamine C. Chez les jeunes enfants et les jeunes adultes, l'absorption moyenne de céréales était supérieure chez le groupe A que chez le groupe C. Chez certains groupes d'âge/sexe, il y avait une certaine gradation dans la consommation moyenne de viande, poisson, volaille et oeufs d'après les niveaux de revenus. Certains groupes de revenus s'écartaient des recommandations du Guide d'Alimentation canadien particulièrement pour ce qui est des fruits et légumes.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
208
    208
  • Thumbnail: Page 
209
    209
  • Thumbnail: Page 
210
    210
  • Thumbnail: Page 
211
    211
  • Thumbnail: Page 
212
    212
  • Thumbnail: Page 
213
    213
  • Thumbnail: Page 
214
    214
  • Thumbnail: Page 
215
    215
  • Thumbnail: Page 
216
    216
  • Thumbnail: Page 
217
    217
  • Thumbnail: Page 
218
    218
  • Thumbnail: Page 
219
    219
  • Thumbnail: Page 
220
    220
  • Thumbnail: Page 
221
    221