Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

Impact of piscivorous fish introductions on fish species richness of small lakes in Gatineau Park, Québec

François CHAPLEAU, C. Scott FINDLAY and Erica SZENASY
Écoscience
Vol. 4, No. 3 (1997), pp. 259-268
Published by: Taylor & Francis, Ltd.
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/42900856
Page Count: 10
  • Download ($54.00)
  • Cite this Item
Impact of piscivorous fish introductions on fish species richness of small lakes in Gatineau Park, Québec
Preview not available

Abstract

Fish communities of small lakes (< 61 ha) of Gatineau Park (Québec, Canada) which, originally lacked piscivores, were studied to assess the impact of piscivorous fish introductions over the past 85 years. Total species richness was not significantly different between lakes with (n = 15) or without (n = 22) introduced piscivores. However, small-bodied species richness (mainly cyprinid) was significantly lower (nearly half) in lakes with piscivores. Lakes with piscivores showed communities dominated by large or deep-bodied species (mainly Catostomidae, Percidae and Centrarchidae) whereas lakes without piscivores contained mostly small-bodied species (mainly Cyprinidae, Umbridae and Gasterosteidae). Few relationships were found between morphometric variables and fish richness variables. Total fish species richness was found to be a positive function of area and a negative function of elevation when all lakes (n = 45) of the park are considered. For the small lakes of the park, small-bodied species (and cyprinid species) richness in lakes without introduced piscivores was inversely related to the elevation of the lake. Such a relationship was not observed for small lakes with introduced piscivores, possibly because of the disruptive effect of piscivores on small-bodied species number. These results suggest that piscivory by the introduced species is probably responsible for the local extinction of many small-bodied species. Long-lived largebodied and deep-bodied species (often with spines) are better able to withstand intense prédation pressure due to their large size and the dissuasive effects of spines on fins. Because five native small-bodied species were found only in lakes lacking piscivores, it is predicted that their local extinction would occur if introduced piscivores establish populations in these lakes. Thus, small piscivore-free lakes with high small-bodied fish species diversity should rank high on the conservation priority lists of north temperate parks in order to maintain native fish biodiversity. Nous avons étudié l'impact écologique de l'introduction d'espèces de poissons piscivores lors des 85 dernières années sur les communautés de poissons des petits lacs (< 61 ha), originellement sans piscivores, du Parc de la Gatineau (Québec, Canada). Le nombre total d'espèces de poissons ne diffère pas significativement entre les lacs (n = 15) avec piscivores et sans piscivores (n = 22). Cependant, le nombre d'espèces de petite taille (surtout des Cyprinidae) est significativement plus faible (moins de la moitié) dans les lacs avec piscivores. Les communautés contenant les espèces piscivores sont surtout composées d'espèces de grande taille ou d'espèces de taille moyenne ayant un corps comprimé et arrondi (Catostomidae, Percidae et Centrarchidae), alors que les communautés sans piscivores contiennent surtout des espèces de petite taille (Cyprinidae, Umbridae et Gasterosteidae). Peu de relations significatives ont été détectées entre les variables morphométriques et les variables décrivant la richesse en espèces des lacs. Le nombre total d'espèces est une fonction positive de la superficie des lacs mais négative de l'élévation des lacs au-dessus du niveau de la mer lorsque tous les lacs du Parc sont considérés (n = 45). Chez les petits lacs sans piscivores, le nombre d'espèces de petite taille (et d'espèces de Cyprinidae) est inversement relié à l'élévation du lac. Cette relation n'a pas été observée dans les lacs renfermant des espèces piscivores, à cause de l'impact négatif des piscivores sur le nombre d'espèces de petites taille. Les résultats suggèrent que l'intensité de la prédation des espèces piscivores dans les petits lacs est responsable de l'extinction locale de plusieurs espèces de poissons de petite taille. Les espèces de grande taille et celles de taille moyenne ayant une forme comprimée et arrondie sont mieux équipées pour faire face à une prédation intense, du fait de leur capacité à atteindre une grande taille ou par la présence dissuasive d'épines aux nageoires. Puisque cinq espèces de poisson de petite taille ont été trouvées seulement dans les lacs exempts d'espèces piscivores, il est probable que ces espèces disparaîtront si une population de poissons piscivores vient à s'établir. Ainsi, on suggère que les petits lacs sans piscivores ayant une grande diversité d'espèces de petite taille devraient être en tête de la liste des priorités de conservation des parcs des régions tempérées afin de préserver la biodiversité des espèces indigènes de petite taille.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[259]
    [259]
  • Thumbnail: Page 
260
    260
  • Thumbnail: Page 
261
    261
  • Thumbnail: Page 
262
    262
  • Thumbnail: Page 
263
    263
  • Thumbnail: Page 
264
    264
  • Thumbnail: Page 
265
    265
  • Thumbnail: Page 
266
    266
  • Thumbnail: Page 
267
    267
  • Thumbnail: Page 
268
    268