Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

Influences of humans and ENSO on fire history of Austrocedrus chilensis woodlands in northern Patagonia, Argentina

Thomas KITZBERGER and Thomas T. VEBLEN
Écoscience
Vol. 4, No. 4 (1997), pp. 508-520
Published by: Taylor & Francis, Ltd.
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/42902398
Page Count: 13
  • Download ($54.00)
  • Cite this Item
Influences of humans and ENSO on fire history of Austrocedrus chilensis woodlands in northern Patagonia, Argentina
Preview not available

Abstract

In northern Patagonia, Argentina, five areas near the ecotone of xeric woodlands and the steppe were sampled for fire history to assess spatial and temporal variations in fire regimes. A total of 214 fire-scar samples from the xeric conifer Austrocedrus chilensis (D. Don) Florin & Bout, yielded 430 cross-dated fire dates from AD 1439 to 1989. A regional trend of increasing fire frequency during the latter half of the 19th century coincides with increased native American occupation of the area. There is a marked decline in fire frequency following the demise of the native American population in the late 1800s and in association with increasingly effective fire suppression during the 20th century. Inter-site variations in the frequency of small fires appear to reflect intra-regional variations in human activities. In contrast, regional synchroneity of years of more widespread fires implies greater climatic control of major burning events. El Niño-Southern Oscillation (ENSO) events are a major influence on the subtropical anticyclone of the southeast Pacific that affects weather in northern Patagonia, and, at a time scale of fifty years, periods of widespread fire closely track increased ENSO events as determined from historical sources and tree-ring reconstructions. However, the multi-decadal relationship of increased frequency of years of widespread fire and increased ENSO activity could only be tentatively established due to the relatively small number of pre-1800 fire dates and the potentially confounding influence of variations in human activities. This tentative association of increased fire occurrence with greater climatic variability at a fifty-year time scale complements earlier research that relates more widespread fire to droughts preceded by years of above-average moisture availability at time scales of 1 to 4 years. Dans le nord de la Patagonie (Argentine), cinq sites situés près de l'ecotone entre la forêt xérique et la steppe ont été échantillonnés pour reconstituer l'historique et les variations spatiales et temporelles du régime des feux. Un total de 214 échantillons portant une ou plusieurs cicatrices de feu ont été prélevés sur les troncs du conlfere Austrocedrus chilensis (D. Don) Florin & Bout. Ces cicatrices témoignent du passage de 430 feux entre 1439 et 1989 AD. On constate une augmentation régionale de la fréquence des feux au cours de la seconde moitié du 19e siècle. Cette augmentation coïncide avec l'occupation croissante de la région par les amérindiens. On remarque également une forte diminution de la fréquence des feux dès la fin du 19e siècle à la suite du déclin des populations autochtones et en raison d'activités de suppression des feux de plus en plus efficaces au cours du 20e siècle. Les feux de petite superficie ont une fréquence variable selon les sites. Cette variabilité reflète probablement un patron différentiel d'utilisation des sites par les humains. Par contre, le synchronisme régional des années avec feux de grande superficie suggère une influence climatique prépondérante. L'oscillation méridionale du El-Niño a une grande influence sur les anticyclones subtropicaux du sud-est du Pacifique; elle affecte en conséquence les conditions climatiques du nord de la Patagonie. Au cours d'une période de 50 ans, les épisodes de feux de grande superficie sont étroitement associés aux années avec El-Niño telles que reconstituées grâce aux sources historiques ou par dendrochronologie. Toutefois, la relation entre l'augmentation de la fréquence des feux de grande superficie et les El-Niño ne peut être établie avec certitude en raison du nombre peu élevé de feux avant le 19e siècle et l'effet perturbateur des activités humaines. Cette association entre une fréquence de feux plus élevée et une plus grande variabilité climatique (à une échelle d'une cinquantaine d'années) ajoute une perspective nouvelle aux travaux sur le régime des feux. Ces derniers ont montré qu'il existe une relation (à une échelle de 1 à 4 ans) entre des feux fréquents et des sécheresses précédées par des années avec précipitation au-dessus de la moyenne.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[508]
    [508]
  • Thumbnail: Page 
509
    509
  • Thumbnail: Page 
510
    510
  • Thumbnail: Page 
511
    511
  • Thumbnail: Page 
512
    512
  • Thumbnail: Page 
513
    513
  • Thumbnail: Page 
514
    514
  • Thumbnail: Page 
515
    515
  • Thumbnail: Page 
516
    516
  • Thumbnail: Page 
517
    517
  • Thumbnail: Page 
518
    518
  • Thumbnail: Page 
519
    519
  • Thumbnail: Page 
520
    520