Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

UNE PRIMAIRE À LA FRANÇAISE: La désignation de Ségolène Royal par le parti socialiste

BERNARD DOLEZ and ANNIE LAURENT
Revue française de science politique
Vol. 57, No. 2 (AVRIL 2007), pp. 133-161
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/43120322
Page Count: 29
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
UNE PRIMAIRE À LA FRANÇAISE: La désignation de Ségolène Royal par le parti socialiste
Preview not available

Abstract

Les conditions et l'ampleur de la victoire de Ségolène Royal lors de la primaire socialiste du 16 novembre 2006 conduisent à s'interroger sur les mécanismes politiques à l'œuvre dans une « primaire » à la française. La relation qui se noue entre les « candidats à la candidature » et les militants appelés à choisir leur champion ne se construit pas à l'abri des influences internes ou externes. Elle s'inscrit, au contraire, dans un système plus vaste d'interactions, où les cadres du parti et les électeurs occupent une place de choix : tant les rapports de force internes que l'anticipation des attentes de l'opinion, telles que mesurées par les sondages, contribuent à façonner l'offre, à modifier le scénario de la campagne et, en définitive, à peser sur le vote luimême. Si Ségolène Royal a réussi à imposer sa candidature, puis à l'emporter avec plus de 60 % des suffrages exprimés dès le premier tour du scrutin, c' est parce qu' elle est parvenue à faire entrer en résonance l'opinion, les cadres du parti et, finalement, les adhérents. The conditions and the scale of Ségolène Royal's success at the socialist primary elections (16th November 2006) question the political system engaged in French primary elections. Both external and internal influences characterize the relation that ties up the candidates to the militants. However, such relation is deep rooted in a vaster system of interactions in which the leading party officers and the electors take up a major place: internal rapports de force, as much as anticipating on public opinion expectation – as measured up in the polls – contribute to shape the nature of the supply and modify the campaign's circumstances; ultimately, they influence the vote. Ségolène Royal succeeded to force her candidature and then to win with over 60 % votes as early as the first ballot because she achieved to reconcile public opinion with her party's officers and finally her party's members.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
133
    133
  • Thumbnail: Page 
134
    134
  • Thumbnail: Page 
135
    135
  • Thumbnail: Page 
136
    136
  • Thumbnail: Page 
137
    137
  • Thumbnail: Page 
138
    138
  • Thumbnail: Page 
139
    139
  • Thumbnail: Page 
140
    140
  • Thumbnail: Page 
141
    141
  • Thumbnail: Page 
142
    142
  • Thumbnail: Page 
143
    143
  • Thumbnail: Page 
144
    144
  • Thumbnail: Page 
145
    145
  • Thumbnail: Page 
146
    146
  • Thumbnail: Page 
147
    147
  • Thumbnail: Page 
148
    148
  • Thumbnail: Page 
149
    149
  • Thumbnail: Page 
150
    150
  • Thumbnail: Page 
151
    151
  • Thumbnail: Page 
152
    152
  • Thumbnail: Page 
153
    153
  • Thumbnail: Page 
154
    154
  • Thumbnail: Page 
155
    155
  • Thumbnail: Page 
156
    156
  • Thumbnail: Page 
157
    157
  • Thumbnail: Page 
158
    158
  • Thumbnail: Page 
159
    159
  • Thumbnail: Page 
160
    160
  • Thumbnail: Page 
161
    161