Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

Rabelais' Radical Farce: A Comparative Analysis of "the Ecolier Limousin" Episode and the "Farce de Maître Mimin Etudiant"

E. BRUCE HAYES
Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme
New Series / Nouvelle Série, Vol. 28, No. 2 (SPRING / PRINTEMPS 2004), pp. 61-78
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/43445753
Page Count: 18
  • Read Online (Free)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
Rabelais' Radical Farce: A Comparative Analysis of "the Ecolier Limousin" Episode and the "Farce de Maître Mimin Etudiant"
Preview not available

Abstract

Parmi les intertextes qui imprègnent les écrits de Rabelais, le théâtre de la farce a une fonction dont l'importance n'a toujours pas été suffisamment approfondie. Les histoires de Gargantua et de Pantagruel sont littéralement farcies de références au genre, et beaucoup d'épisodes dans les Chroniques sont structurés comme des farces. Rabelais apprécie énormément la farce et la connaissance intime qu'il en a imprègne la composition de son oeuvre d'une façon importante. Le premier épisode farcesque dans l'oeuvre rabelaisienne, la rencontre de l'écolier limousin (Pantagruel, chapitre 6), sert à illustrer cet assemblage de la farce théâtrale et de la satire humaniste que l'on retrouve à travers les écrits de Rabelais. En comparant cet épisode à la farce de Maître Mimin étudiant, nous explicitons le rapport entre les épisodes farcesques des Chroniques et la farce dramatique, soulignant non seulement comment Rabelais s'approprie la farce, mais de façon plus importante, comment il transforme et radicalise le genre en l'introduisant dans un nouveau contexte humaniste. Là où la farce châtie les écarts sociaux du protagoniste, sa démesure, au nom d'une norme conservatrice, les Chroniques censurent la démesure des institutions du statu quo telle que la Sorbonne, au nom d'un idéal humain et social. Il en résulte une forme nouvelle de farce, aussi bien qu' une nouvelle forme de satire humaniste.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
61
    61
  • Thumbnail: Page 
62
    62
  • Thumbnail: Page 
63
    63
  • Thumbnail: Page 
64
    64
  • Thumbnail: Page 
65
    65
  • Thumbnail: Page 
66
    66
  • Thumbnail: Page 
67
    67
  • Thumbnail: Page 
68
    68
  • Thumbnail: Page 
69
    69
  • Thumbnail: Page 
70
    70
  • Thumbnail: Page 
71
    71
  • Thumbnail: Page 
72
    72
  • Thumbnail: Page 
73
    73
  • Thumbnail: Page 
74
    74
  • Thumbnail: Page 
75
    75
  • Thumbnail: Page 
76
    76
  • Thumbnail: Page 
77
    77
  • Thumbnail: Page 
78
    78