Access

You are not currently logged in.

Login through your institution for access.

login

Log in to your personal account or through your institution.

Les Flambeurs

Les Flambeurs: Trajectoires d'usagers de cocaïne

Serge Brochu
Isabelle Parent
Copyright Date: 2005
Published by: , University of Ottawa Press
Pages: 244
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/j.ctt1ckphcc
Find more content in these subjects:
  • Cite this Item
  • Book Info
    Les Flambeurs
    Book Description:

    Cet ouvrage est consacré au parcours de vie des usagers réguliers et fréquents de cocaïne. Plus spécifiquement, les auteurs se sont fixés deux objectifs. Un premier consiste à mieux comprendre la trajectoire des consommateurs coutumiers de cocaïne en analysant les dynamiques qui sous-tendent ce processus. Ceci fait, il est alors possible d'approfondir la relation qui existe entre la consommation habituelle de cocaïne et la criminalité, ce qui constitue le deuxième objectif de l'ouvrage. Ce livre ne vise pas tant à décrire les phases de la trajectoire de consommation de cocaïne qu'à essayer de comprendre les raisons de cet itinéraire.

    eISBN: 978-2-7603-1647-8
    Subjects: Sociology
    × Close Overlay

Table of Contents

Export Selected Citations
  1. Front Matter (pp. I-IV)
  2. Table of Contents (pp. V-XII)
  3. Préface (pp. XIII-XVIII)
    Louise Nadeau
  4. Remerciements (pp. XIX-XX)
  5. Introduction (pp. 1-6)

    Après avoir été la drogue de notoriétés telles que Edison, Jules Verne, Émile Zola et même le pape Léon XIII ou Freud, et par la suite la drogue des gens riches et célèbres qui y référaient comme le «Champagne des drogues» ou la «poudre des stars», la cocaïne s’est «démocratisée» dans les années 1980 en Amérique du Nord et on retrouve maintenant des consommateurs dans toutes les strates sociales¹ (Rosenzweig, 1998). C’est, entre autres, ce qui a poussé le National Institute on Drug Abuse (NIDA) à déclarer cette drogue comme le plus grand problème de santé nationale en 1984 (Friedman,...

  6. Chapitre 1 La cocaïne (pp. 7-30)

    La cocaïne provient d’un arbrisseau, le cocaïer¹, au tronc blanchâtre et rugueux. Il pousse de façon naturelle en altitude dans des régions qui se situent entre 300 et 2 000 mètres de hauteur et dans un climat humide². Plus précisément, le cocaïer pousse en Amérique du Sud, dans la région des Andes, donc essentiellement en Colombie³, au Pérou et en Bolivie (Bonnardeaux, 1983; Rosenzweig, 1998). Cette plante est connue et utilisée par les Indiens d’Amérique du Sud depuis plusieurs centaines d’années.

    Il existe plus de 200 variétés de cocaïers en Amérique du Sud. L’analyse chimique des feuilles de ce petit...

  7. Chapitre 2 La cocaïne et le crime (pp. 31-42)

    Le rapport drogue-crime constitue un sujet d’un très grand intérêt social. En relation avec l’importance du problème, le dernier quart de siècle fut témoin de la publication de plusieurs centaines d’ouvrages concernant les drogues et les questions criminelles. Loin de répertorier tous les ouvrages traitant de ce thème, la banque de données de notre unité de recherche compte plus de 3000 titres. Un grand nombre de ces travaux de recherche, essentiellement nord-américains, indiquent qu’une proportion importante d’individus judiciarisés (jeunes et adultes; hommes et femmes) consomment de façon régulière une substance psychoactive illicite (Biron, Brochu et Desjardins, 1995; Harlow, 1991; Van...

  8. Chapitre 3 L’étude (pp. 43-74)

    Dans un effort pour dépasser la connaissance rapportée dans les deux chapitres précédents, nous avons décidé d’accorder la parole aux acteurs sociaux eux-mêmes: ceux qui connaissent les expériences de consommation de cocaïne de l’intérieur. Nous avons donc opté pour une méthodologie d’inspiration qualitative de façon à prendre en compte à la fois les faits rapportés et les significations attribuées par les acteurs sociaux aux événements de leur vie. Nous pourrons ainsi mieux comprendre les significations et les valeurs que les participants accordent à leurs comportements, comment ils interprètent les événements qui les entourent. Plus spécifiquement, nous nous attarderons aux perceptions...

  9. Chapitre 4 L’initiation à un parcours d’usage de substances psychoactives illicites (pp. 75-94)

    De façon générale, les études scientifiques actuelles qui s’intéressent à l’initiation à la consommation de drogues illicites le font à travers l’analyse de la présence ou non de facteurs de risque dans la vie des jeunes usagers. Ainsi, une personnalité antisociale, une ouverture à l’influence des pairs, une faible estime de soi ou de mauvaises performances à l’école constituent des exemples de facteurs de risque d’ordre personnel. L’usage de substances psychoactives de la part d’un ou des membres de la famille, les problèmes familiaux importants, une supervision parentale trop relâchée ou trop stricte ainsi que l’absence de relation affective significative...

  10. Chapitre 5 La consommation régulière de cocaïne (pp. 95-118)

    Le chapitre précédent s’attardait à décrire l’initiation à la consommation de substances psychoactives. À cette étape initiale de leur parcours de consommation, il s’agissait, pour la majorité des personnes rencontrées, d’un usage expérimental ou irrégulier d’alcool et de cannabis alors apparu au commencement de l’adolescence lors du passage à l’école secondaire. Les motifs sous-jacents à cette expérimentation juvénile relevaient de l’attirance et de la fuite. Les propos des personnes rencontrées permettaient d’observer une attirance à un groupe de pairs valorisés, à un contexte social séduisant, ainsi qu’à des drogues censurées. Pour sa part, la fuite était par rapport à ses...

  11. Chapitre 6 La retraite: les efforts pour mettre fin à un itinéraire d’usage de drogues (pp. 119-166)

    On l’a vu précédemment, une trajectoire de consommation de cocaïne ne se constitue pas de façon linéaire et unidirectionnelle. À travers ce parcours, il est possible d’observer des phases d’utilisation réduite ainsi que des intervalles d’abstinence. Ainsi, au cours de leur vie, chaque participant rapporte, en moyenne, deux ou trois périodes d’abstinence significative. En moyenne, les cycles de sobriété durent 10,5 mois. Les phases d’abstinence sont généralement beaucoup plus longues pour les «contrevenants» (15,9 mois) que pour les «trafiquants» (8,2 mois) ou les «travailleurs» (7,5 mois). De façon générale, après une consommation intensive, les participants retrouvent un usage plus contrôlé...

  12. Chapitre 7 Les transformations de la relation drogue-crime au cours de la trajectoire de consommation (pp. 167-190)

    Que nous disent les consommateurs réguliers de cocaïne de leur relation à la criminalité? Ce chapitre leur donnera la parole en organisant l’analyse de leur récit autour de leur évolution à l’intérieur de leur trajectoire de consommation. Ainsi, nous discuterons de l’occurrence de la relation drogue-crime, du lien bidirectionnel qui se crée entre l’usage régulier de substances et la délinquance commise ainsi que de la relation économique que le dépendant à la cocaïne entretient avec le crime.

    À la suite de l’initiation aux substances psychoactives¹, de façon générale, les personnes interrogées affirment avoir entamé leur trajectoire de consommation par un...

  13. Synthèse et conclusion (pp. 191-208)

    Guidés par l’analyse effectuée dans les précédents chapitres, nous tenterons maintenant d’acquérir un regard plus global de la situation dynamique des usagers réguliers et habituels de cocaïne. Pour ce faire, nous reprendrons les grands thèmes qui sont apparus en filigrane dans les discours recueillis et qui décrivent bien la relation que le consommateur régulier entretient avec la cocaïne : 1) une trajectoire; 2) un style de vie; 3) une relation complexe; 4) une réintégration sociale difficile.

    Avant d’aller plus loin dans les analyses, rappelons que les usagers de cocaïne que nous avons rencontrés ont grandi et évolué, pour la majorité,...

  14. Références (pp. 209-222)