Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If You Use a Screen Reader

This content is available through Read Online (Free) program, which relies on page scans. Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.

Dogon Culture. Profane and Arcane

Mary Douglas
Africa: Journal of the International African Institute
Vol. 38, No. 1 (Jan., 1968), pp. 16-25
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1157336
Page Count: 10
  • Read Online (Free)
  • Download ($34.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
Since scans are not currently available to screen readers, please contact JSTOR User Support for access. We'll provide a PDF copy for your screen reader.
Dogon Culture. Profane and Arcane
Preview not available

Abstract

Culture Dogon -- Questions Profanes et Arcanes. Deux nouveaux ouvrages concernant les rites et le langage chez les Dogon, permettent de mettre en relation leurs conceptions métaphysiques et la tradition européenne et de comparer les points de vue des anthropologues français et anglais. Le regretté Professeur Griaule insistait sur les similitudes que l'on trouve dans les cosmologies Grecque et Dogon, mais les différences ne sont pas moins instructives. Nombre de cultures africaines utilisent un champ d'expérience limité pour développer le code de leurs symboles cosmiques. Les Nilo-Hamitiques font preuve d'un symbolisme reposant sur le bétail, les Ndembu d'un symbolisme basé sur les secrétions corporelles, les Bushmen utilisent une morphologie animale, les Dogon expriment leur savoir au moyen d'un symbolisme linguistique et numérique que l'on peut considérer comme une sorte de totémisme linguistique. Le système est des plus arbitraires, pas du tout empirique et rigide. Il est évident que la structure sociale à laquelle appartient cette cosmologie, n'est pas pour encourager les querelles philosophiques. C'est là une grande différence avec la Grèce d'Hippocrate. Les différences entre les centres d'intérêt de l'anthropologie chez les Anglais et chez les Français, se signalent par le manque d'information, chez ces derniers, concernant l'interaction de la structure sociale et de la cosmologie, la prééminence étant donnée à cette dernière. Ces études ethnographiques fournissent le point de vue officiel que les Dogons ont d'eux-mêmes; elles ne se contentent pas d'exposer les déclarations d'informateurs, et ainsi il n'y a aucune divergence entre les idées et la réalité. On a déjà étudié de nombreux systèmes dualistes en cosmologie ainsi que des organisations sociales dualistes. Il est possible que l'importance de la gémelléité, dans la culture Dogon, corresponde à un fait social d'opposition entre deux lignages. De toutes façons, tous les rapports pouvant exister entre leur cosmologie et leur structure sociale valent la peine d'être pris en considération.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
16
    16
  • Thumbnail: Page 
17
    17
  • Thumbnail: Page 
18
    18
  • Thumbnail: Page 
19
    19
  • Thumbnail: Page 
20
    20
  • Thumbnail: Page 
21
    21
  • Thumbnail: Page 
22
    22
  • Thumbnail: Page 
23
    23
  • Thumbnail: Page 
24
    24
  • Thumbnail: Page 
25
    25