Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

Upland and Swamp Rice Farming Systems in Sierra Leone: The Social Context of Technological Change

Michael Johnny, John Karimu and Paul Richards
Africa: Journal of the International African Institute
Vol. 51, No. 2, Rice and Yams in West Africa (1981), pp. 596-620
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1158829
Page Count: 25
  • Read Online (Free)
  • Download ($1.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
Upland and Swamp Rice Farming Systems in Sierra Leone: The Social Context of Technological Change
Preview not available

Abstract

La riziculture dans les bas-fonds et les hautes-terres de Sierra Leone: la cadre social des tranformations technologiques. On examine ici l'attitude de certains riziculteurs de Sierra Leone devant l'introduction de méthodes de riziculture à fort coefficient de main d'oeuvre dans les marécages des zones basses et ceci dans une région où, jusque là, la culture du riz s'effectuait essentiellement sous pluie, sur les hauteurs et selon un mode itinérant. La mise en place du nouveau système de culture en marécages reflète(a) le point de vue selon lequel l'agriculture itinérante est nuisible sur le plan écologique et doit être remplacée et(b) le besoin urgent d'un accroissement de la production alimentaire pour approvisionner les zones urbaines. Au cours d'études de cas de quatre villages de Sierra Leone, on a noté diverses réactions aux systèmes de culture en marécages dans les vallées de l'intérieur. On suggère ici que le succès ou l'échec du système envisagé pour la riziculture dépendent du mode de mobilisation de la main d'oeuvre par différents groupes au sein des villages étudiés. Par opposition à la main d'oeuvre que l'on embauche, l'apparition de 'compagnies', groupements modernes d'ouvriers, en tant que forme principale de main d'oeuvre agricole est alors étudiée dans le cadre des forces régionales et historiques qui déterminent l'économic politique de la Sierra Leone rurale. On conclut en soulignant que les arguments d'ordre technollogique ou écologique qui s'appuient sur les notions de 'pression démographique' ou de 'détérioriation écologique', ne parviennent pas à expliquer la dynamique du changement agraire qui touche les communautés rizicoles étudiées; et que, d'autre part, les planifications de développement qui font appel à ces notions risquent de donner des résultats équivoques.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
[596]
    [596]
  • Thumbnail: Page 
597
    597
  • Thumbnail: Page 
598
    598
  • Thumbnail: Page 
599
    599
  • Thumbnail: Page 
600
    600
  • Thumbnail: Page 
601
    601
  • Thumbnail: Page 
602
    602
  • Thumbnail: Page 
603
    603
  • Thumbnail: Page 
604
    604
  • Thumbnail: Page 
605
    605
  • Thumbnail: Page 
606
    606
  • Thumbnail: Page 
607
    607
  • Thumbnail: Page 
608
    608
  • Thumbnail: Page 
609
    609
  • Thumbnail: Page 
610
    610
  • Thumbnail: Page 
611
    611
  • Thumbnail: Page 
612
    612
  • Thumbnail: Page 
613
    613
  • Thumbnail: Page 
614
    614
  • Thumbnail: Page 
615
    615
  • Thumbnail: Page 
616
    616
  • Thumbnail: Page 
617
    617
  • Thumbnail: Page 
618
    618
  • Thumbnail: Page 
619
    619
  • Thumbnail: Page 
620
    620