Access

You are not currently logged in.

Access your personal account or get JSTOR access through your library or other institution:

login

Log in to your personal account or through your institution.

If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support

Antipredation Value of Colonial Nesting in Yellow-Headed Blackbirds

Jaroslav Picman, Stanislav Pribil and Andre Isabelle
The Auk
Vol. 119, No. 2 (Apr., 2002), pp. 461-472
DOI: 10.2307/4089892
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/4089892
Page Count: 12
  • Read Online (Free)
  • Download ($15.00)
  • Subscribe ($19.50)
  • Cite this Item
If you need an accessible version of this item please contact JSTOR User Support
Antipredation Value of Colonial Nesting in Yellow-Headed Blackbirds
Preview not available

Abstract

Yellow-headed Blackbirds (Xanthocephalus xanthocephalus) in Manitoba breed in dense colonies in cattail marshes. Their reproductive success is affected mainly by predation. The most important predator on blackbird nests is the Marsh Wren (Cistothorus palustris), which breaks blackbird eggs and kills small nestlings. We examined whether colonial nesting in Yellow-headed Blackbirds may represent an adaptation to reduce Marsh Wren predation. Marsh Wren predation may be reduced by (1) mutual nest defense by adult blackbirds, (2) predator satiation or dilution, or (3) selfish-herd effects. We tested these hypotheses using experimental nests and found that their safety increased with decreasing distance to the nearest blackbird nest and with increasing density of simultaneously active blackbird nests located nearby. Safety also was higher for nests placed inside a blackbird colony rather than outside. These findings support the nest-defense hypothesis. We also found that Marsh Wrens are capable of destroying a whole blackbird colony in a few days, and that colony size is not correlated with nest safety. These results suggest that the satiation or dilution benefits are negligible. Finally, we found that central nests are safer than peripheral nests in a blackbird colony, but not in an artificial colony, providing weak support for the selfish-herd hypothesis. We conclude that nest predation is reduced mainly by mutual nest defense of adult birds and may represent an important selective force favoring colonial nesting in this species. /// Les Carouges à tête jaune (Xanthocephalus xanthocephalus) du Manitoba nichent en colonies denses dans les marais à quenouilles. Leur succès de reproduction est principalement affecté par la prédation. Le plus important prédateur des nids de Carouge est le Troglodyte des marais (Cistothorus palustris), qui cassent les œufs de Carouge et tuent les petits oisillons. Nous avons examiné si la nidification en colonie chez le Carouge à tête jaune pouvait être une adaptation pour réduire la prédation par le Troglodyte des marais. La prédation par le Troglodyte des marais pourrait être réduit par (1) défense mutuelle du nid par les Carouges adultes; (2) rassasiement et dilution du prédateur; ou (3) effets du "groupe égoïste". Nous avons testé ces hypothèses en utilisant des nids expérimentaux et nous avons trouvé que leur sécurité augmentait avec une diminution de la distance au nid de Carouge le plus proche et avec une augmentation de la densité de nids de Carouge actifs simultanément et situés à proximité. La sécurité était plus grande pour les nids placés à l'intérieur de la colonie de Carouge que ceux placés à l'extérieur. Ces conclusions confirment l'hypothèse de la défense de nid. Nous avons également trouvé que les Troglodytes des marais sont capables de détruire une colonie entière en quelques jours, et que la taille de la colonie n'est pas corrélée avec la sécurité du nid. Ces résultats suggèrent que les bénéfices du rassasiement et de la dilution sont négligeables. Enfin, nous avons trouvé que les nids situés au entre d'une colonie de Carouge sont plus sécuritaires que les nids situés en périphérie, mais ce qui n'était pas le cas dans les colonies artificielles, fournissant ainsi un faible support à l'hypothèse du "groupe égoïste". Nous concluons que la prédation des nids est principalement réduite par la défense mutuelle des nids par les oiseaux adultes, ce qui pourrait représenter une force sélective importante favorisant la nidification en colonie chez cette espèce.

Page Thumbnails

  • Thumbnail: Page 
461
    461
  • Thumbnail: Page 
462
    462
  • Thumbnail: Page 
463
    463
  • Thumbnail: Page 
464
    464
  • Thumbnail: Page 
465
    465
  • Thumbnail: Page 
466
    466
  • Thumbnail: Page 
467
    467
  • Thumbnail: Page 
468
    468
  • Thumbnail: Page 
469
    469
  • Thumbnail: Page 
470
    470
  • Thumbnail: Page 
471
    471
  • Thumbnail: Page 
472
    472